Le CF Montréal réagit aux conclusions du rapport Yates concernant la NWSL

Simon Servant, La Presse Canadienne
Le CF Montréal réagit aux conclusions du rapport Yates concernant la NWSL

MONTRÉAL — Une bombe a ébranlé le monde du soccer nord-américain plus tôt cette semaine et les secousses ont été ressenties jusqu’à Montréal.

Quelques jours après que l’ancienne procureure générale par intérim des États-Unis Sally Q. Yates eut déposé les conclusions de son rapport d’enquête sur les abus émotionnels et les inconduites sexuelles dans la Ligue nationale de soccer féminin (NWSL), les réactions ont été vives au sein du CF Montréal.

Dans sa série d’articles parus depuis lundi, la journaliste de l’Associated Press Anne M. Peterson est revenue sur les grandes lignes du rapport Yates, qui a notamment fait état des allégations de harcèlement et de coercition sexuelle présentées par les anciennes joueuses Sinead Farrelly et Mana Shim à l’endroit de l’ancien entraîneur Paul Riley.

Avant l’entraînement de la troupe montréalaise, jeudi, l’entraîneur-chef Wilfried Nancy a semblé secoué par ce qu’il avait lu.

«Je vais être très honnête, le dernier article qui est sorti, je n’ai pas eu la force de le lire. Même ma conjointe n’était pas capable de m’en expliquer le contenu parce qu’au bout d’un moment, c’est assez, a-t-il déclaré. Je pense que d’être transparent et intransigeant par rapport à ça, ça va créer une nouvelle dynamique. Les gens vont se rendre compte qu’il faut rester à sa place et qu’il faut faire les choses d’une façon respectueuse. Je suis catégorique là-dessus, ça suffit.»

Dans le cadre de l’enquête commandée par la Fédération de soccer des États-Unis (USSF), plus de 200 personnes ont été interrogées. Une vingtaine d’entités et de particuliers ont fourni des documents, dont l’USSF, et le cabinet d’avocats King & Spaulding en a examiné 89 000 jugés susceptibles d’être pertinents.

L’enquête s’est concentrée sur trois anciens entraîneurs, Riley, Christy Holly, du Racing de Louisville, et Rory Dames, des Red Stars de Chicago. Les choses décrites sont difficiles à lire et le rapport de Yates propose de nombreuses recommandations pour prioriser la santé et la sécurité des joueuses.

Nancy espère maintenant que les conséquences seront lourdes pour les personnes qui ont fait subir des abus aux joueuses de la NWSL.

«Les gens qui ont fait de mauvaises choses doivent être sanctionnés. Très fortement sanctionnés, a-t-il affirmé. Il y a les réseaux sociaux maintenant et des personnes peuvent parler sans nécessairement passer par des avocats. Dès qu’il y a un problème, on peut l’étendre très facilement et il y a un moyen de le divulguer sur les réseaux sociaux.»

Le rapport de Yates raconte également l’histoire d’Erin Simon, qui joue maintenant en Europe. Simon aurait été victime de harcèlement et d’abus de la part de Holly.

Le défenseur du CF Montréal Kamal Miller a montré beaucoup d’empathie envers Simon, qui a aussi étudié à l’Université de Syracuse, et envers toutes les femmes, qui doivent en plus se battre pour obtenir les mêmes avantages que les hommes.

«C’est une situation très difficile pour elles d’être confrontées à des gens comme ça dans leur milieu de travail. Ça doit changer, a mentionné Miller. Nous savons aussi qu’elles se battent pour d’autres choses, comme l’équité salariale et de meilleures conditions de voyage. Je pense qu’il doit y avoir des changements et un regard attentif sur tout le monde qui est impliqué pour s’assurer que le soccer féminin grandisse.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires