La Régie inaugure son usine de transformation des boues usées de 3 M$

La Régie inaugure son usine de transformation des boues usées de 3 M$

Le directeur général de la Régie intermunicipale de gestion des déchets de la région de Coaticook, Francis Lussier, pose devant la nouvelle usine de traitement des boues usées. Une visite des nouvelles installations a justement été réalisée avec des membres de l'organisme, le 27 juin dernier.

Crédit photo : (Photo Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

COATICOOK. La Régie intermunicipale de gestion des déchets de la région de Coaticook (RIGDSC) a récemment inauguré sa nouvelle usine de traitement des boues usées, des installations construites au coût de trois millions de dollars.

Le directeur général de l’organisme environnemental, Francis Lussier, applaudit cette nouveauté qui vient bonifier l’offre de services de la Régie. «On parle ici d’installations avec des technologies de pointe», ajoute-t-il avec un brin de fierté.

Même si tout est fait avec des procédés ultramodernes, le processus demeure relativement simple. «En gros, l’usine traitera les boues usées des membres de la Régie, explique M. Lussier. À son arrivée, le camion-citerne se branche à nos installations et ses matières sont envoyées dans une unité appelée le dégrilleur, où tout est préfiltré. La matière est ensuite transférée dans un bassin souterrain, pour être ensuite aspirée par une pompe et envoyée dans une presse pour déshydratation. La matière qui est recueillie de ce procédé est envoyée au compostage, où elle pourra être vendue à nos membres.»

Annuellement, l’usine est conçue pour produire 10 000 mètres cubes de matières putrescibles annuellement. «Ça peut être appelé à augmenter si la demande est là, note le directeur général du lieu. Il suffira d’augmenter nos ressources et d’ajouter des unités supplémentaires.»

Nouvelle infrastructure et autres projets

L’usine de traitement des boues usées de la Régie n’est pas la seule nouvelle installation du site. En fait, les camions qui viennent déverser leur contenu chez l’organisme doivent dorénavant passer sur une nouvelle balance, dont la superficie est deux fois plus grande que la précédente. «Le transport des déchets et des boues se fait dorénavant avec des véhicules qui sont de plus en plus gros et longs, indique Francis Lussier. Comme les normes demandent que tout soit calculé en une seule pesée, il a fallu s’ajuster.»

Des bornes détectrices de matières radioactives ont aussi été installées à l’entrée de cette nouvelle balance. «Encore une fois, il fallait répondre à de nouvelles normes. Elles sonnent cependant très rarement, voire jamais», confie M. Lussier.

La RIGDSC planche également sur d’autres projets, dont celui de l’agrandissement de ses bureaux administratifs. Même chose pour la construction de nouveaux garages pour entreposer ses véhicules. Ceux-ci devront recevoir l’aval des membres du conseil d’administration de l’organisme. Si le feu vert est donné, ces projets pourraient être lancés dès cet automne.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
don bowen Recent comment authors
don bowen
Invité
don bowen

Did they purchase a sludge dryer system? this would be far more efficient then other systems available. Easier to dry the product at less cost for electrics. I assume someone had a “friend” supply the system because this is how it works, not always the best system but “who do you know”. I am sure Andritz never got a call to propose their systems!!