Comment devenir un élagueur au Québec?

Comment devenir un élagueur au Québec?

Un élagueur a pour principale tâche de tailler un arbre afin d’orienter sa pousse et d’assurer qu’il conserve sa santé. Il peut toutefois être amené à effectuer plusieurs autres travaux connexes au domaine de l’aménagement paysager. Bien que ce travail manuel semble à première vue assez simple, on ne peut pas s’improviser élagueur. Ce métier exigeant nécessite des capacités particulières ainsi que la réussite d’une formation reconnue.  

Capacités requises

Étant donné que l’élagueur travaille de longues heures, souvent debout et exposé aux éléments, tout en manipulant avec précision de lourds outils et équipements, il est impératif qu’il ait une bonne forme physique ainsi qu’une endurance de plomb. Puisque ses tâches sont principalement réalisées en hauteur, l’élagueur doit aussi posséder un bon sens de l’équilibre et ne pas souffrir de vertiges lorsqu’il est à quelques mètres du sol. Il faut également être doté d’une excellente habileté manuelle, savoir faire preuve de minutie et avoir un sens de l’observation aiguisé. Un élagueur doit aussi avoir un intérêt marqué pour les outils motorisés. Non seulement il devra les utiliser pour travailler, mais il lui faudra également en faire l’entretien préventif. Par ailleurs, il doit aussi se montrer débrouillard et autonome, tout en étant capable de travailler en équipe, selon les conditions. En plus de la formation obligatoire, la plupart des employeurs exigent que les élagueurs soient détenteurs d’un permis de conduire de classe 5. Dans certains cas, d’autres certifications ou permis plus spécifiques peuvent être requis.

Formation

Pour devenir élagueur, il faut obtenir un diplôme d’études professionnelles en arboriculture-élagage. La formation dure environ huit mois et est offerte dans quatre centres professionnels du Québec. Grâce à ce programme, les étudiants peuvent acquérir plusieurs connaissances essentielles à leur futur métier, ainsi que des techniques de travail diverses. La formation est même complétée par un stage de deux semaines en entreprise. Ainsi, d’un point de vue plutôt théorique, les futurs élagueurs apprennent des notions cruciales sur la santé et la sécurité au travail, ainsi que la communication avec les coéquipiers. Le fait de ne pas respecter ces principes pourrait menacer la vie de l’élagueur ou de l’un de ses collègues. La formation comprend également des cours pour apprendre à connaître les arbres, notamment en ce qui concerne la structure et le fonctionnement des arbres, et à en prendre soin, par exemple en détectant les anomalies. Le programme inclut aussi des aspects plus pratiques, comme les techniques d’élagage, ainsi que les méthodes à utiliser pour réaliser toutes les autres tâches connexes que l’élagueur doit souvent remplir. Cela comprend l’essouchement, l’abattage, le dégagement des lignes aériennes, la plantation et la transplantation d’arbres, l’entretien des outils et équipements, l’application de fertilisants et de pesticides, la conservation des jeunes plants et des arbres ainsi que le traitement des plaies. Avec toutes ces connaissances, pas étonnant que le métier d’élagueur soit spécialisé et nécessite une certification. En confiant une tâche d’entretien se rapportant aux arbres à ce type de professionnel, on a la certitude que le travail est bien fait et qu’il ne nuira pas à la santé de l’arbre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires