Le Marché de soir de Compton débute sa saison

Le Marché de soir de Compton débute sa saison

Clarisse Thomasset, de l'Espace 100 noms, le directeur général de l'Association des marchés du public du Québec, Jean-Nick Trudel, la copropriétaire des Vallons maraîchers, Josée Gaudet, le directeur du Conseil de l'industrie bioalimentaire de l'Estrie (CIBLE), Ghislain Lefebvre, ainsi que la présidente des Comptonales, Diane Goyette, ont donné le coup d'envoi de cette cinquième saison du Marché de soir de Compton.

Crédit photo : (Photo Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

ALIMENTATION. Le Marché de soir de Compton a entamé sa cinquième saison, jeudi en fin de journée (21 juin). Sa présidente, Diane Goyette, se souvient de la naissance du projet et d’avoir toujours pensé que la destination remporterait un grand succès au fil du temps.

«L’idée d’un marché nous a tous allumés, souligne-t-elle. À partir du moment où tu as une vingtaine de producteurs qui avaient l’étincelle dans les yeux, tu avais bien des chances que ça fonctionne. Il ne fallait pas oublier le dynamisme légendaire de Compton.»

Du stationnement de l’église de Compton sous une grande tente jusqu’à leur lieu actuel, au parc des Lions, le Marché de soir a évolué au fil du temps. Aujourd’hui, plus de 25 producteurs offrent une grande variété de produits. «Les gens peuvent littéralement faire leur épicerie ici. Je dis souvent à la blague qu’il n’y a que des bananes qu’on ne vend pas.» En effet, on peut y retrouver des fruits, des légumes, des viandes diverses, des fromages, des assaisonnements ainsi que des produits de l’érable.

Cette année, les organisateurs du Marché de soir de Compton font le pari d’attirer les gens des municipalités voisines. «La force d’un marché, c’est d’abord de nourrir ses citoyens, raconte Mme Goyette, qui est aussi la présidente des Comptonales, l’organisme qui gère les activités du Marché. On travaille fort pour aller chercher les gens des alentours. Si on réussit, on pourra dire mission accomplie.»

Des producteurs aux petits oignons

Tous les producteurs rencontrés avaient un sourire accroché au visage lors de la première journée du marché.

Le meunier Pascal Paridaens produit plusieurs variétés de farine et en est à sa deuxième année à Compton. «Les gens sont surpris de voir qu’on produit notre propre farine ici même à Coaticook, raconte le propriétaire de la Ferme de Promelles. Je dis toujours, plus c’est local, mieux c’est.»

Son voisin de «maisonnette», Paul Roberts vient de se lancer en affaires il y a à peine un an. Il a délaissé son boulot au Manoir Hovey pour faire la culture de champignons sur une ferme à Martinville. «L’an dernier, tous les jeudis, j’étais au Marché de Compton. J’adore cet endroit et je suis très fier d’en faire partie cette année. C’est une belle vitrine pour faire découvrir nos produits.»

Lancement régional

L’ouverture du Marché de soir de Compton a également coïncidé avec le lancement de la saison des marchés publics en Estrie. Pour l’occasion, le directeur général de l’Association des marchés du public du Québec, Jean-Nick Trudel, a rappelé l’importance de ces installations à la grandeur du Québec. «Les marchés, ce sont des lieux de rencontre, un peu à l’image des parvis de l’église, à l’époque, image-t-il. On y découvre des saveurs locales. On y crée également des liens entre le consommateur et le producteur local, liens qui sont extrêmement importants.»

Ces marchés gagnent également en popularité. «Ils sont près de nos racines, de notre hospitalité. C’est dans notre ADN de recevoir les gens», souligne M. Trudel.

Rappelons que le Marché de soir de Compton accueille ses visiteurs les jeudis, de 16 h à 19 h, en période estivale. En septembre, il fermera ses portes 30 minutes plus tôt. Le rendez-vous est donné jusqu’au 20 septembre prochain.

Poster un Commentaire

avatar