Unis pour contrer la maltraitance envers les aînés

Par Vincent Cliche

De nombreux organismes de la région de Coaticook s’unissent pour contrer et prévenir les abus aux aînés, un phénomène malheureusement encore trop présent dans la société.

Les regroupements ont profité de la Journée internationale pour la prévention des mauvais traitements envers les personnes âgées, aujourd’hui (15 juin), afin de présenter leur plan d’action, du côté du Centre communautaire Élie-Carrier.

Au Québec, on estime à environ 15 % des aînés qui auraient été victimes de mauvais traitements. Si on prend ce pourcentage et qu’on l’applique à la MRC de Coaticook, on parle d’environ 470 personnes. «C’est beaucoup trop, s’indigne la présidente de l’AQDR Coaticook, Monique Therrien. De plus, 80 % de ces cas ne sont même pas signalés ou détectés. Il est temps d’agir.»

Voilà pourquoi l’Association estrienne pour l’information et la formation des aînés – dénoncer, informer, référer, accompagner (AEIFA-DIRA) s’implantera bientôt à Coaticook. La chargée de projets Marie Champagne s’occupera de recruter des gens pour dénoncer les situations d’abus. Celles-ci peuvent prendre plusieurs formes, comme les abus physiques, psychologiques, sexuels ou encore financiers.

Conférencière invitée lors de cette journée d’activités, l’attachée judicaire Mélanie Marois en voit de toutes les couleurs dans l’exercice de ses fonctions. «J’ai déjà vu une dame de 91 ans qui demeurait chez son fils et qui couchait sur un matelas soufflé dans le salon. Un propriétaire est même passé chercher sa redevance du loyer à trois reprises chez quelqu’un qui souffrait de problèmes de mémoire», indique celle qui travaille au Palais de justice de Sherbrooke.

Au moindre indice d’abus, on peut contacter le 1 888 489-2287. En cas d’urgence, il est préférable de faire appel aux services policiers.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires