Un promoteur caresse l’ambition de faire revivre le Domaine St-Laurent

Par Christian Caron
Un promoteur caresse l’ambition de faire revivre le Domaine St-Laurent
Pourra-t-on relancer le Domaine St-Laurent de Compton? Voilà une question à 2 M $... (Photo Christian Caron)

Le promoteur Yves Bourassa caresse l’ambition de faire revivre l’ancien Domaine St-Laurent de Compton, historiquement connu sous l’appellation du King’s Hall.

Abandonné depuis quelques années, le bâtiment de grande dimension fut le lieu de rendez-vous de mille et une activités, congrès, festivités et soirées de réjouissance dans les années 1980 alors que les membres de la famille St-Laurent en étaient les propriétaires.

C’était l’époque où le directeur général, Denis Bachand, ne manquait jamais une occasion de vanter les mérites de cette institution reconnue en Estrie. «Je pense qu’il serait possible de créer une fondation, laquelle nous permettrait de remettre le bâtiment en opération. J’ai des partenaires financiers qui seraient possiblement intéressés à injecter de l’argent pour redémarrer les activités à cet endroit», indique monsieur Bourassa.

Incidemment, une importante assemblée est prévue, le dimanche 24 mai prochain, à 9 h 30, et consistera à échanger des idées sur ce que pourrait devenir l’ancien Domaine St-Laurent. «Une trentaine de personnes ont déjà confirmé leur présence à l’assemblée, s’empresse de signaler Yves Bourassa. Le maire de Compton, Fernand Veilleux, y sera, de même que les anciens propriétaires (les St-Laurent et Denis Bachand). L’idée serait de recueillir les idées de tout le monde. Dans un deuxième temps, on souhaiterait former un comité pour éventuellement mettre une fondation en place.»

Parmi les idées recueillies ici et là, Yves Bourassa verrait d’un bon œil que le site puisse devenir le lieu d’un grand rassemblement mondial de tir à l’arc.

Celui-ci n’est évidemment pas sans savoir que le bâtiment a un grand besoin d’une cure de rajeunissement. Selon lui, il faudrait effectivement investir une somme variant entre 2 M $ et 3 M $ pour lui redonner du lustre. C’est la raison pour laquelle il croit à la formule d’une fondation pour relancer l’institution.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires