Un comité veille à la protection du patrimoine religieux

Par Vincent Cliche

Formé il y a un an, un comité de la Table de concertation culturelle de la MRC de Coaticook veille à la protection du patrimoine religieux de la région.

Ses membres ont assisté à leur seconde rencontre annuelle, le 23 mai dernier. L’un des principaux défis du regroupement est de voir à la valorisation des différents lieux de cultes délaissés par leur communauté.

Pour y arriver, le directeur du Conseil du patrimoine religieux du Québec, Jocelyn Groulx, s’est joint à la discussion pour amener certaines pistes de solutions. «La majorité des églises abandonnées au Québec ont trouvé un nouvel usage, précise-t-il. Votre situation est plus particulière, car la plupart de vos lieux de culte sont de petite taille. On ne peut donc pas voir des projets d’envergure, par exemple des condos ou une bibliothèque, qu’on voit dans certaines municipalités.»

La créativité est donc de mise. Et les gens de la région de Coaticook semblent en détenir une bonne dose. Un exemple abritait la réunion qui s’est tenue au Pavillon des arts et de la culture. Plus récemment, on peut penser à l’église de Saint-Venant-de-Paquette qui a été transformée en musée. Celles de Saint-Cubert à Dixville et Saint-Marc à Coaticook ont retrouvé une seconde vie en tant que studio d’enregistrement et en mini-golf, respectivement.

Une autre façon de mettre en valeur les lieux de culte et ses cimetières est de passer par le tourisme culturel. «Notre patrimoine religieux est l’un de nos plus beaux actifs, raconte l’un des membres du comité, Jean-Pierre Pelletier. Il faut développer ce secteur. Mais, ça veut aussi dire faire un travail de sensibilisation auprès des communautés. Car, ça veut dire que l’église devra être ouverte pour accueillir les visiteurs.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires