Les grands honneurs pour Meubles Gober

Par Christian Caron
Les grands honneurs pour Meubles Gober
Le propriétaire de Meubles Gober

Le propriétaire des Meubles Gober de Coaticook, Richard Bérubé, était un homme fier et comblé lorsqu’il a enjambé l’estrade d’honneur, vendredi dernier, à l’occasion de la remise des prix Reconnaissance Estrie, au Granada de Sherbrooke. Meubles Gober a effectivement remporté les honneurs, ex-aquo avec Teknika HBA, dans la catégorie «Grande entreprise manufacturière».

On se rappellera que Meubles Gober avait également été proclamée l’entreprise manufacturière de l’année, en octobre dernier, à l’occasion de la remise des Prix Excel dans le cadre du Souper de la PME. En recevant son trophée, celui-ci avait d’ailleurs prononcé une phrase qui demeurera un classique : «J’ai bien fait de rater mon émission d’Elvis Graton pour venir ici ce soir…»

Richard était accompagné de son comptable et d’un représentant de la Banque Royale, vendredi dernier, lorsqu’il a entendu le nom de sa compagnie résonner aux quatre coins de la salle. «On ne pense jamais avoir de chance de gagner lorsqu’on voit nos concurrents dans la même catégorie que nous, avoue Richard Bérubé. Le suspens fut long puisque les gagnants de notre catégorie furent nommés qu’à la toute fin de la soirée. Ce fut vraiment une belle soirée. Ça nous procure une belle visibilité et ça nous donne la chance de multiplier nos contacts avec des gens d’influence.»

Cette récompense survient alors que les entreprises manufacturières ont toutes les difficultés du monde à demeurer la tête hors de l’eau, tellement le contexte est difficile. «C’est vrai, c’est une belle récompense dans une période qui n’est pas facile», de confier celui qui a pris le soin de réunir tout son personnel, lundi matin, pour leur annoncer la nouvelle et pour leur dire que cet honneur c’est aussi le leur.

Vendredi (22 février), tout ce beau monde est convié à un repas communautaire (midi à 14 h) à l’usine. Le boss paie la traite! «Je veux les remercier et aussi leur donner un aperçu de ce qui nous attend. Il ne faut pas s’asseoir là-dessus», fait valoir le propriétaire de cette usine qui célèbre cette année ses 20 ans d’existence.

Ils n’étaient que trois hommes quand l’aventure a commencé il y a 20 ans. Aujourd’hui, Meubles Gober donne du travail à 90 employés.

On a procédé à plusieurs agrandissements au cours de ces 20 premières années. Aujourd’hui, le bâtiment ne ressemble en rien à celui qu’il était en 1988. On parle d’un bâtiment de plus de 40 000 pieds de plancher.

Meubles Gober fabrique des composantes d’armoires, mais possède aussi sa propre gamme d’armoires. C’est à ce niveau que les affaires vont bien depuis quelques années. «Depuis quatre ans, nous avons connu un bel essor. Nous distribuons nos produits dans les régions de Boston, New York et Floride et d’ici peu nous bénéficieront de plus de 22 points de vente aux Etats-Unis», mentionne fièrement le principal intéressé.

Bien sûr, rien n’est facile dans ce merveilleux monde industriel où la mondialisation est omniprésente. Le dollar canadien à la hausse a également radicalement changé la donne. «C’est certain qu’avec tout ce qui se passe, il faut poser des geste et s’adapter. Mais ça ne sert à rien de s’apitoyer sur notre sort pendant 10 ans. Le dollar canadien est fort, il faut faire avec», mentionne Bérubé en signalant que l’entreprise qu’il dirige n’a pas hésité à investir des sommes importantes dans la modernisation des équipements. «Avec ce que nous avons l’intention d’investir cette année, nous aurons injecté une somme de plus de 1 M $ au cours des trois dernières années pour moderniser nos équipements et améliorer nos procédés de fabrication. On n’a pas le choix, il faut suivre le courant», de conclure un Richard Bérubé fort confiant en l’avenir.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires