Les complexes industriel et agroalimentaire prennent vie à Coaticook

Par Vincent Cliche
Les complexes industriel et agroalimentaire prennent vie à Coaticook
Le président de la Conférence régionale des élus de l'Estrie

Depuis quelques jours, la vie s’active à l’intérieur des complexes industriel et agroalimentaire de Coaticook. Construits au coût d’un million et demi de dollars, ces établissements ont en effet accueilli leurs premiers occupants, soit Biobon, Usinage Scalatech et Moteurs M.A.

La plupart de ces entrepreneurs ont participé à l’inauguration officielle des lieux, situés en bordure de la route 141, ce matin (10 octobre). Même chose pour le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux. «Grâce à ces établissements, nous avons maintenant les outils nécessaires pour attirer de nouvelles entreprises chez nous ou pour aider celles qui sont déjà sur notre territoire à déménager dans de nouveaux locaux plus adaptés», constate le premier magistrat.

Ce projet trotte dans la tête des élus coaticookois depuis maintenant trois ans. En collaboration avec le Centre local de développement de la MRC de Coaticook, les bases ont été lancées, puisqu’un besoin criant se faisait sentir pour la construction de tels complexes. Le projet a ensuite eu l’aval de plusieurs organismes, dont le Fonds de développement régional de la Conférence régionale des élus de l’Estrie (100 000 $), le Fonds de diversification économique de la MRC de Coaticook (100 000 $ et une autre subvention de 100 000 $ pour la construction du complexe industriel classique).

La méthode de financement des établissements a éveillé quelques souvenirs au maire Lamoureux. «Lorsqu’on a construit notre premier hôtel industriel (1985), on avait lancé une campagne de souscription populaire. On venait de perdre plusieurs industries et il fallait trouver un moyen de se remettre sur les rails. Des gens d’affaires ont lancé cette campagne auprès de la population et on a amassé 100 000 $. Ça tellement bien fonctionné que nous en avons bâti un second, une douzaine d’années plus tard. On a ensuite subventionné des programmes de construction de logements pour aider les employés à se trouver un domicile.»

Des commentaires positifs

La directrice générale du Centre local de développement de la MRC de Coaticook, Marjorie Tyroler, voit d’un bon œil l’ouverture des complexes. «On avait vraiment un besoin en matière de locaux industriels et de transformation, signifie-t-elle. C’est un plus pour notre région. Je suis certaine que les locaux disponibles seront bientôt tous occupés.»

L’enthousiasme de Mme Tyroler semble partagé par le préfet de la MRC de Coaticook, Réjean Masson. «La région s’est donnée un créneau, celui de l’agroalimentaire, note-t-il. Je suis fier de voir qu’on travaille à donner une valeur ajoutée à celui-ci, en proposant des infrastructures pour transformer nos produits.»

Ce plan réjouit tout autant le président de la Conférence régionale des élus de l’Estrie, Maurice Bernier. «En bout de ligne, c’est le développement économique qui en sortira gagnant», précise-t-il.

Et si tous les locaux trouvent preneurs, s’empressera-t-on de construire un cinquième complexe? «On va commencer à y penser», conclut Bertrand Lamoureux, un sourire accroché au visage.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires