L’entreprise Codet a le vent dans les voiles

Par Vincent Cliche

Alors que d’autres entreprises peinent à tirer leur épingle du jeu dans la situation économique actuelle, Codet a le vent dans les voiles. La production est en hausse et l’industrie coaticookoise concocte son propre plan de relève, en collaboration avec Emploi-Québec.

«L’entreprise va très bien, lance d’entrée de jeu la responsable des achats chez Codet, Chantal Fecteau. Oui, nous avons connu des hauts et des bas au cours des dernières années, mais là, on connaît une très bonne période. On procède même à des embauches.»

Comment expliquer ce succès? La division des vêtements spécialisés contre le feu y est pour beaucoup. «La compétition asiatique ne répond pas encore aux normes de sécurité en vigueur au Canada ainsi qu’aux États-Unis, estime Mme Fecteau. On travaille très fort pour respecter celles-ci et livrer un produit de qualité.»

Fondée en 1946 par Charles-Émile Audet, Codet emploie aujourd’hui plus de 240 travailleurs à ses deux usines de Coaticook, situées sur les rues Maple et Merrill. L’entreprise compte aussi un centre à Richmond (35 employés) et un entrepôt ainsi qu’un bureau de vente à Magog, là où travaillent une trentaine de personnes. Une division américaine, localisée au Vermont ainsi qu’au New Hampshire, a été inaugurée au début années 1990.

La p’tite école des couturières

En collaboration avec Emploi-Québec, Codet est en pleine préparation d’un plan de relève qu’on appelle affectueusement «la p’tite école des couturières».

Dans les faits, il s’agit d’un diplôme d’études professionnelles (DEP) offert au CRIFA à compter de janvier prochain. «On veut former de nouveaux employés pour remplacer notre main-d’œuvre qui s’approche de plus en plus de la retraite, admet l’un des dirigeants de l’entreprise», Jobin Audet.

Pour la première mouture, on espère attirer entre 10 et 15 élèves. Si tout va bien, ces étudiants pourraient très bien se décrocher un emploi au terme des 870 heures de cours. La sélection des étudiants pour la formation se fera par Emploi-Québec, le Carrefour jeunesse emploi ainsi que le Centre d’intégration au marché de l’emploi.

«On veut tout mettre en œuvre pour hausse notre carnet de commandes et répondre à la demande», conclut M. Audet, qui souligne que la production quotidienne de l’entreprise coaticookoise s’élève à quelque 3000 items.

Les gens intéressés à en apprendre davantage sur le programme de formation peuvent communiquer avec Emploi-Québec en composant le 819 849-7080 ou en se rendant aux bureaux de l’organisme, situés à la Place J.R. Lefebvre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires