Le cancer est une affaire de famille chez les Doyon-Favreau

Par Dany Jacques
Le cancer est une affaire de famille chez les Doyon-Favreau
Le cancer n’a pas démoralisé la famille Doyon-Favreau. (photo: Dany Jacques)

Le cancer a frappé par surprise une famille de Saint-Malo en 2008, plus précisément la mère Anny Favreau, mais cette épreuve a été atténuée par le positivisme de la mère et l’implication de toute la famille.

Les six enfants de cette famille reconstituée, ainsi que le conjoint Daniel Doyon, ont facilité la vie de Mme Favreau en la couvrant d’amour. Selon M. Doyon, la clé de cette aventure est de parler, de s’ouvrir et d’informer les enfants. «Il n’y a pas de surprise quand on sait ce qui se passe», lance-t-il.

Anny Favreau avait 38 ans lorsque les médecins détectent un cancer du sein. Elle prend rapidement la décision de se faire enlever les deux seins, même si une masse avait été découverte dans un seul sein. «C’était une question de prévention, car le cancer gagne souvent le second sein,», raconte-t-elle.

L’ablation a eu lieu en décembre 2008 et a suivi une année complète de chimiothérapie et de radiothérapie, en guise de traitement. Elle est en rémission depuis mai 2010 et la reconstruction mammaire a débuté en février 2011, et se poursuit avec des suivis hebdomadaires. L’aspect de la féminité ne représentait pas une priorité pour elle, mais la naissance de nouveaux seins demeure une option très intéressante pour cette sportive. «C’est aussi plus facilitant pour s’habiller», lance-t-elle en riant.

Optimiste de nature, la maladie n’a jamais envahi cette femme. Elle a tellement partagé sa bonne humeur, qu’elle n’a peut-être pas accordé assez de place à la peine des enfants. «Je ne pensais pas vraiment à la mort, mais la tristesse m’envahissait en pensant aux enfants», avoue-t-elle avec les yeux qui s’embrouillent.

Les enfants ont traversé cette épreuve à différents degrés, selon leur tempérament. Le couple Doyon-Favreau croit que son ouverture d’esprit face à la maladie a facilité l’épreuve. «Je leur parlais beaucoup, beaucoup, et les enfants me le rendaient bien en me disant que j’étais belle, même sans mes cheveux», se souvient-elle.

À titre de présidente d’honneur du 9e Relais pour la vie de Coaticook, qui se déroulera le 11 juin, Anny Favreau invite les gens à participer et à donner généreusement. «Formez une équipe et venez marcher pour une bonne cause. Soyez solidaire pour stimuler la recherche, car sans elle je ne serais peut-être pas ici aujourd’hui. Les traitements et les chirurgies se sont largement améliorés avec les ans», dit-elle.

La vie semble avoir repris son cours normal dans cette famille de Saint-Malo, comme le témoigne le sourire des enfants présents lors de la photo de famille. De plus, après avoir assuré son rôle de mère au foyer pendant une dizaine d’années, elle effectuera un retour sur les bancs d’école en septembre prochain au Cégep de Sherbrooke pour y amorcer une formation en éducation spécialisée.

Information supplémentaire au www.relaispourlavie.ca ou auprès de la présidente de l’événement, Jacinthe Desbiens, au 819 849-2602.

L’objectif de cette année s’élève à 104 000 $.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires