La petite histoire de Couillard Construction

Par Vincent Cliche
La petite histoire de Couillard Construction
Denis Morin

Qui de mieux pour conter l’histoire de l’une des entreprises les plus respectées de Coaticook, Couillard Construction, que la fille du fondateur et une employée comptant plus d’une cinquantaine d’années d’ancienneté?

Lisette Couillard et Gisèle Tremblay ont accepté l’invitation de la Société d’histoire de Coaticook de s’entretenir avec les membres de l’organisme, lors d’un déjeuner-conférence, tenu le 12 juin dernier.

Fondée en 1939 par Gérard Couillard, l’entreprise comptait à l’époque qu’un seul camion. «Mon père l’avait acheté neuf, un an après avoir fait l’acquisition d’un véhicule usagé. Il l’a utilisé au départ pour faire le transport du lait de la compagnie Carnation», note Mme Couillard.

Fait également peu connu, le fondateur de Couillard Construction, qui est décédé en 1979, était reconnu comme un «gentleman farmer». «Même s’il n’a jamais pris sa retraite, notre famille a déjà possédé une ferme», a raconté sa fille.

Embauchée le 13 octobre 1959, Gisèle Tremblay a travaillé toute sa vie chez Couillard Construction, en fait, jusqu’en juin 2012. Elle n’a que d’éloges à lancer à son ancien employeur. «M. Couillard était un homme droit, très humain, mais ferme. Il était aussi compréhensif, généreux et humble. L’entreprise, c’était un peu comme ma deuxième famille, tellement je m’y sentais bien accueillie.»

Les différences entre les mondes d’hier et d’aujourd’hui sont bien évidemment multiples. «Lorsque j’ai débuté, les salaires variaient aux alentours de 17 $ par semaine, a-t-elle confié en présentant un vieux livre de comptabilité comme preuve. À l’époque, ils n’étaient que 65 employés, alors qu’aujourd’hui, ils sont plus de 250 à travailler.»

Et qu’en est-il des nouvelles mesures? «Je crois que si M. Couillard revenait parmi nous, il n’en reviendrait pas. On a tellement de paperasse à remplir. Il y a aussi le côté environnemental. Il faut faire des clôtures pour les chevreuils et des petits sentiers près des cours d’eau pour les animaux.»

Aujourd’hui, l’entreprise étend son savoir-faire un peu partout en province. Elle est notamment présente à Chelsea pour le prolongement de l’autoroute 50. En Beauce, Couillard Construction préside l’érection de l’un des plus grands ponts jamais construit par ses employés. Il se situe à Notre-Dame-des-Pins et fait 1200 pieds de long et 150 pieds de hauteur.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires