La maltraitance des aînés, un sujet encore tabou

Par Vincent Cliche
La maltraitance des aînés, un sujet encore tabou
La présidente de la Table de concertation des aînés de la MRC de Coaticook

La maltraitance envers les aînés est un véritable fléau qui hante les communautés du troisième âge. Malheureusement, encore aujourd’hui, ce sujet demeure tabou.

Pour renverser la vapeur, la Table de concertation des aînés de la MRC de Coaticook tient aujourd’hui (14 juin) une journée de sensibilisation face à cette problématique, au Centre communautaire Élie-Carrier.

Si on applique les statistiques provinciales à l’ensemble des aînés de la région, une centaine d’entre eux ont déjà été victimes d’abus. Ces actions peuvent prendre différentes formes, comme l’explique la coordonnatrice du comité de prévention des mauvais traitements envers les aînés de la MRC de Coaticook, Danielle Lamontagne. «Il peut y avoir de la maltraitance sur le plan physique, psychologique, financier et technologique. Ça se traduit de différentes façons. Parfois, c’est subtil. Et, malheureusement, ces gestes sont souvent posés par des gens proches des victimes, voire même des membres de la famille.»

Dans le cadre de ses fonctions, la présidente de la Table de concertation, Monique Morrissette, côtoie de nombreux groupes d’aînés. Elle constate que la maltraitance demeure encore trop taboue. «Mis à part les conférences et les journées thématiques par lesquelles on véhicule ce genre de messages, ce n’est pas un sujet de discussion dans la vie de tous les jours. C’est dommage, car il faut absolument dénoncer ces actions.»

Le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) a pour mission d’accompagner les gens dans cette délicate tâche. «Qu’une seule personne soit victime de maltraitance, c’est déjà trop, lance la directrice du CAVAC, Nicole Laroche. Les abus, ce sont des actes criminels. Il est important de les dénoncer. Les gens sont parfois craintifs de le faire, car ils ont peur des représailles. Dénoncer, c’est rendre service.»

Pour souligner la Journée mondiale pour la prévention des mauvais traitements envers les aînés (15 juin), quelque 700 personnes des résidences pour personnes âgées et du Centre de santé et de services sociaux de la MRC-de-Coaticook ont été invités à porter le ruban mauve, symbole de cette cause.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires