Faire de la poésie avec des cages d’escaliers

Par Vincent Cliche
Faire de la poésie avec des cages d’escaliers
Le sentier poétique de l'école Gendreau en a surpris plus d'un. Ici

Quoi de plus terne qu’une cage d’escaliers? Pour remédier à la situation, les élèves de l’école Gendreau ont transformé les leurs en véritable sentier poétique.

L’initiative touche tout près d’une cinquantaine de jeunes apprentis-poètes des classes de 3e et 4e années. Les enseignantes Nancie Charron et Marie-Claude Vallée ont pensé à cette idée lorsqu’est venu le temps d’initier leurs élèves à la poésie. Le grand dévoilement du sentier a été fait le 28 mars dernier, en plein cœur de la Semaine de la poésie.

Lors du passage du Progrès de Coaticook, Élodie Madore et Laurie Green ont servi de guides aux visiteurs. Elles ont expliqué le parcours avec beaucoup de précision et de petites anecdotes fort colorées.

À la première halte, les jeunes ont dû trouver des expressions contenant le mot «cœur» et les illustrer. Un peu plus loin, place aux poèmes d’Henriette Major, lesquels ont été continués par les élèves.

Invités à penser à leur avenir, les petits poètes ont choisi un métier et l’ont accompagné d’une phrase humoristique. «Si j’étais artiste, je peinturerais les nuages en gris et j’attendrais qu’il pleuve», peut-on lire sur une petite bulle.

À une autre halte, on rend hommage à Félix Leclerc et Gilles Vigneault, tandis qu’à quelques pas de là, on en apprend davantage sur le calligramme. «Il s’agit d’un dessin. Les lignes sont faites avec les mots d’un poème. Ne vous inquiétez pas, moi aussi, je ne savais pas ce que c’était avant d’en faire un», raconte la jeune Élodie.

Le sentier poétique de l’école primaire Gendreau sera en place jusqu’en juin prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires