«Et dire qu’on parlait de fermer la pisciculture il y a quelques années»

Par Christian Caron

«Il y a quelques années, le gouvernement parlait de fermer la pisciculture. C’est un vrai petit miracle auquel nous assistons aujourd’hui», d’émettre le président du Parc découverte nature de Baldwin, André Langevin, lequel a assisté à l’inauguration de la Station piscicole de Baldwin-Coaticook, lundi, en présence d’invités de circonstance.

Peu avant l’an 2000, la pisciculture de Baldwin était effectivement en péril. Les élus de Coaticook, aidés de politiciens de différents paliers, ont alors retroussé leurs manches afin d’éviter la fermeture de ce joyau de notre région. Non seulement les intervenants concernés ont-ils été en mesure de convaincre les décideurs de ne pas mettre une croix sur la pisciculture, mais ils ont obtenu l’assurance que ce site allait devenir la pierre angulaire d’un projet visant à préserver certaines espèces de poissons en difficulté.

De fil en aiguille, le projet a cheminé. Si bien qu’aujourd’hui, la pisciculture en est une ultra-moderne. En fait, une somme de 16 M $ (voir autre texte) a été investie entre 2000 et 2008. «C’est un moment très attendu aujourd’hui, de poursuivre le président du Parc découverte qui a été très impliqué dans cette transformation majeure alors qu’il siégeait au poste de maire de Coaticook. Nous avons désormais un attrait majeur qui va s’ajouter à notre Parc découverte nature.»

Celui-ci a rappelé que la Ville de Coaticook est parvenu à tisser des liens très serrés avec divers partenaires. Il a parlé de certains ministères, d’Hydro-Québec (la Fondation), Canards Illimités, etc. «Tous y ont mis du cœur, nous avions tous le feu sacré pour réussir ce projet. Un projet unique au Québec qui va donner le goût de la nature et de l’environnement. C’est un projet éducatif extraordinaire qui attire notamment les groupes scolaires», a mentionné André Langevin en conférence de presse.

Grâce au bar rayé

«Grâce au bar rayé, nous sommes passés d’une pisciculture qui allait possiblement fermer à une pisciculture ultra moderne», a pour sa part confié le directeur général de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Alain Cossette. Ce dernier faisait allusion à ce type de poisson (bar rayé) qui avait disparu du fleuve St-Laurent au cours des années 1960. Un des mandats de la Station piscicole de Baldwin-Coaticook est justement de procéder à l’élevage de ce poisson afin d’alimenter le fleuve St-Laurent.

Adjointe parlementaire au ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Johanne Gonthier, a parlé «d’un heureux dénouement». Rappelant les investissements massifs (16 M $), elle a qualifié les intervenants de «visionnaires» faisant preuve «d’ingéniosité». «Une des particularités de cette station piscicole c’est qu’elle a la capacité de réutiliser l’eau, ce qui contribue à une importante économie d’eau et d’énergie. Nous avons ici une des piscicultures les plus modernes en Amérique du Nord», estime madame Gonthier.

Celle qui est également députée de Mégantic-Compton a aussi mentionné l’apport de la pisciculture au concept de biodiversité. «Et tout le secteur récréo-touristique va en bénéficier dans la région. Ça va assurément favoriser la relève de la pêche sportive, principalement auprès des jeunes», a ajouté Johanne Gonthier en disant que la pisciculture est en voie de devenir le fleuron de nos piscicultures au Québec.

Le sous-ministre, Pierre Grenier (Ressources naturelles et de la Faune) s’est attardé à féliciter tous les acteurs de cette importante réalisation au fil des ans. Il a eu de belles paroles pour le biologiste Yvan Turgeon, lequel a été impliqué dans toutes les étapes de cette éloquente transformation de notre pisciculture. On a d’ailleurs profité de l’inauguration, lundi, afin de lui remettre une plaque honorifique.

Le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux espère pour sa part que la concrétisation de ce projet génèrera un réel engouement. «Des investissements majeurs ont été réalisés, nous avons maintenant une attraction majeure en tourisme. Avec le Parc de la Gorge, nous sommes maintenant bien positionnés. C’est un bel aboutissement», a signalé le premier magistrat qui a salué le travail de son prédécesseur dans ce dossier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires