C’est Thi-bault Noël: sympathique et de haut calibre

Par Christian Caron

D’une année à l’autre les cousins Daniel et Martin Thibault, de même que leurs chanteuses invitées (Valérie Crête, Valérie Paquet et Jessika Groleau) relèvent le défi avec éclat. D’une édition à l’autre, le spectacle se raffine, tant sur le plan musical que pour la mise en scène et les harmonies vocales. C’est Thi-bault Noël, c’est bien plus qu’une soirée musicale sympathique entre parents et amis. C’est devenu un spectacle de haut calibre.

La plupart des spectateurs qui ont assisté aux représentations antérieures sont d’avis que l’édition 2008 fut incontestablement la plus éloquente et la plus animée.

Grâce à des chanteurs et chanteuses sans cesse désireux de se surpasser et à des musiciens professionnels jusqu’au bout des ongles, ce spectacle annuel a maintenant acquis une belle notoriété. Mon Dieu!, que les gens seraient donc déçus d’apprendre que le «C’est Thibault-Noël» n’est pas de retour en 2009.

Et même si le spectacle a gagné en professionnalisme au fil des ans, les cousins Thibault, eux, sont restés les mêmes : modestes et un brin coquins sur la scène. Ils ne se prennent pas au sérieux pour deux sous, mais savent faire les choses très sérieusement. Ils savent s’amuser avec leurs complices de scène.

Le Pavillon des arts s’avère un endroit de prédilection pour ce genre de spectacle. La salle affichait «complet» pour les deux soirs (vendredi et samedi).

Les deux Valérie, qui montent sur les planches depuis une bonne douzaine d’années déjà, n’en finissent plus de nous étonner. Tant par leurs qualités vocales que par leur présence «allumée» sur scène. Elles sont radieuses, à l’aise et heureuses d’être là. Quant à la petite dernière, Jessika Groleau, son addition a permis au groupe de se donner de nouvelles possibilités harmoniques. Toute une acquisition!

Le spectacle

La première partie du spectacle nous a permis d’entendre des classiques incontournables de Noël : Ave Maria, Amazing Grace, Minuit Crétien, etc. De belles prestations musicales.

Quant à la seconde partie, elle fut sous le signe du «party» avec un mélange de quantiques de Noël remodelés et de chansons typiques du Jour l’An. Les musiciens s’en sont donné à cœur joie. Le violoniste Guy Gagné (Membre des violons d’Amérique) a mis son grain de sel avec des partitions entraînantes et des pas de danse à l’emporte-pièce.

Le directeur musical, François Morin, un grand ami à nous maintenant à Coaticook, s’est avéré un chef d’orchestre à la hauteur avec ses confrères Mathieu Perreault (guitare), David Bérubé (basse) et Simon Bergeron (batterie).

Les chanteurs et musiciens sont évidemment revenus en rappel et le spectacle a atteint son «top» avec un «Prayer» tout à fait remarquable de Daniel Thibault et Valérie Paquet. Les spectateurs ont instantanément bondi de leur siège pour une ovation debout dès la fin des dernières notes.

Bonne cause

Et n’allez pas penser que nos chanteurs et musiciens s’en mettent plein les poches avec cette soirée. Les fonds amassés sont versés au Club Lion de Coaticook, et ce, pour une deuxième année. L’argent recueilli sert au bon fonctionnement du projet «Nourrir un enfant», lequel permet de venir en aide à des enfants qui ont faim. Cette année, c’est une somme de 6000 $ qui a été remise, au grand plaisir du président Sylvain Madore qui s’est empressé de monter sur scène pour féliciter les cousins Thibault pour leur initiative.Tous les membres des familles Thibault ont aussi eu droit à de belles paroles pour leur engagement de tous les instants dans la réussite de cette soirée.

Comme soirée, on pouvait difficilement demander mieux. Tous sont repartis comblés de leur sortie au Pavillon des arts. Même le directeur du Pavillon, Marc Boudreau, avait le sourire aux lèvres en saluant les gens à la porte de sortie. À l’an prochain!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires