La Frontalière rend hommage à ses élèves lors du Gala méritas

ÉDUCATION. L’école secondaire La Frontalière a déroulé le tapis rouge à ses élèves lors de son Gala méritas, qui s’est tenu le 5 juin dernier. Au total, plus de 280 certificats et mentions ont été remis, dont les prestigieux prix « Excellence », décernés à Naïma-Sahar Sabri-Gagnon et Nathan Laperle.

Naïma-Sahar a été la première surprise qu’on lui accorde cette décoration. « Je ne m’y attendais vraiment pas. Toutefois, plus on donnait des indices sur l’identité de la personne récipiendaire, plus je me doutais que ça allait être moi. J’apprécie vraiment et je suis très contente de terminer mon parcours en recevant ce prix », raconte cette élève de 5e secondaire.

Présidente du conseil des élèves, elle s’est impliquée dans de nombreux comités, dont ceux du Gala méritas, des voyages humanitaires et du club de natation. « Ça fait beaucoup de rencontres sur l’heure du dîner », rigole-t-elle.

Nathan a un agenda aussi chargé que celui de sa collègue avec qui il partage ce prix « Excellence ». Membre du conseil des élèves également, il a aussi offert du temps à la Soirée artistique en plus de faire partie du club de natation. « J’étais très ému qu’on souligne mon implication, dit celui qui a également reçu la médaille du Lieutenant-gouverneur lors de cet événement. Ce que j’ai fait durant toutes ces années, c’était surtout pour mettre un peu plus de vie dans notre école. »

Lors du Gala méritas, Émilie Lajoie s’est mérité la médaille du Gouverneur général. Cette mention récompense l’élève ayant eu la meilleure moyenne générale durant tout son parcours au secondaire. Dans son cas, on parle d’une note de 92,75 %. Maintenir un tel niveau, « c’est beaucoup de travail », confie la principale intéressée. « J’ai peut-être été un peu moins assidue cette année, mais j’ai été capable de conserver cette moyenne en étant aussi concentrée et impliquée dans certaines activités, comme l’équipe technique. »

Thomas Bouffard, un élève de 4e secondaire, a mis la main sur la mention « Engagement à la réussite ». « Je suis vraiment content de recevoir ce prix. C’est un peu plus difficile pour moi, à l’école, mais je mets beaucoup d’efforts pour être sûr de passer certaines matières, comme le français et l’anglais. Je vais terminer mes études à l’éducation aux adultes l’an prochain avec l’espoir de reprendre l’entreprise familiale, la ferme Bouffard. »

Quant à Amélia Patry, on lui a remis le prix de la Fondation de La Frontalière, pour sa persévérance et son attitude envers l’école et ses apprentissages. Voilà une petite tape dans le dos pour que cette élève de 3e secondaire continue sur cette voie jusqu’à la toute fin de son parcours.  

TOURNÉS VERS L’AVENIR

Pour Naïma-Sahar, Émilie et Nathan, leur parcours à La Frontalière prendra fin dans quelques jours. « Je poursuivrai mes études en sciences naturelles, mentionne Nathan. Mon plan A, c’est d’aller en médecine. Le métier de chirurgien m’intéresse particulièrement. Et mon plan B, c’est de m’arranger pour que mon plan A fonctionne. »

Naïma-Sahar, elle aussi, a opté pour le programme de sciences naturelles. « J’ai toujours pensé œuvrer en médecine, même si j’ai un peu plus de difficultés en chimie. Le droit peut s’avérer être une autre option », lance-t-elle.

Quant à Émilie, direction « Sciences, lettres et arts ». « J’aimerais bien me retrouver dans le domaine de la santé. Il y a aussi l’aspect écriture qui me plaît beaucoup. »

Chose certaine, ces trois finissants conservent de bons souvenirs de leur passage à la polyvalente coaticookoise. « On s’est pas mal tous impliqués tout au long de notre secondaire. On a également développé de belles amitiés. Ç’a été, pour nous, cinq belles années », concluent-ils en cœur.