Course Unis pour la cause: les fées-marraines viendront en aide à quatre familles

Course Unis pour la cause: les fées-marraines viendront en aide à quatre familles

Les quatre fées-marraines de l'événement Unis pour la cause travaillent avec acharnement chaque année. On reconnaît ici Annie Letendre, Véronique Blais, Janic Mimeault et Isabelle Carbonneau.

Crédit photo : (Photo gracieuseté)

WATERVILLE. Pour le cinquième anniversaire de la course Unis pour la cause, les quatre fées-marraines de l’événement ont décidé de venir en aide à quatre familles plutôt qu’une.

Il s’agit donc d’une première pour ce rendez-vous sportif de Waterville. L’événement a en effet reçu plusieurs demandes d’aide, ce qui a rendu la tâche difficile aux organisatrices de ne sélectionner qu’une seule cause. Rappelons que par les années passées, elles devaient faire plusieurs recherches afin de trouver «la» cause. «On est vraiment heureuses que ça tombe en même temps que notre cinquième anniversaire, raconte Véronique Blais, qui fait équipe dans cette grande aventure avec Isabelle Carbonneau, Annie Letendre et Janic Mimeault. On avait l’idée d’innover pour cette année et ç’a bien tombé.»

Avant de faire leur choix, les quatre fées-marraines de l’événement ont rencontré individuellement les familles concernées. «Sans nécessairement savoir si on allait aider plus qu’une famille, on leur a demandé si ça les dérangeait si on sélectionnait plus qu’une cause, indique Mme Blais. Leur réponse a été unanime. Ils se sont même sentis rassurés, je dirais, car ils avaient toujours un sentiment du genre « pourquoi nous et pas une autre personne ». Ils se sentaient un peu plus à l’aise. Et c’est ça aussi la force de notre événement. Ensemble, nous allons plus loin.»

Chaque famille a un besoin bien particulier. On souhaite amasser de l’argent pour les combler. «Même s’il y en a quatre cette année, ces besoins sont tous réalisables. Et si on dépasse notre objectif, on sera très heureuse d’en faire plus pour ces familles.»

40 000 $ en quatre ans

Au cours des quatre dernières années, la course Unis pour la cause a recueilli plus de 40 000 $ pour quatre familles de Waterville. «Jamais on aurait pensé que l’événement que nous avons créé en 2014 remporterait tant de succès, souligne Véronique Blais. À l’époque, on s’était donné comme objectif d’aider mon petit voisin [Mathias]. Le but a été atteint. C’était tellement gratifiant qu’on a décidé de poursuivre l’aventure.»

Unis pour la cause est un événement unique en son genre, selon ses organisatrices. «Ça va bien au-delà des sommes d’argent amassées lors de la course, croient-elles. C’est aussi la force que les personnes aidées reçoivent cette journée-là. Les gens peuvent parfois courir avec les gens qu’on aide. C’est vraiment inspirant. On n’est plus dans le « pauvre toi », mais bien dans le « avec toi ».»

Rendez-vous le 10 juin

La 5e course Unis pour la cause aura lieu le 10 juin prochain, à Waterville. Déjà, les coureurs peuvent s’inscrire à l’événement via le site Sportchrono.com.

Les organisatrices conserveront la même formule qui a fait le bonheur des participants au cours des dernières années. Les volets enfants et pompiers seront également de retour.

 

 

Les familles aidées par l’événement

Caroline d’Anjou – Waterville

Âgée de 49 ans, Caroline d’Anjou est atteinte d’un stress post-traumatique sévère à la suite d’abus et d’agressions qui se sont échelonnés pendant plusieurs années durant son enfance et son adolescence. Sa condition s’est malheureusement détériorée depuis les cinq dernières années et elle ne tolère plus la médication qui lui permettait de diminuer cette douleur qui l’affecte. On souhaite lui procurer un bain thérapeutique et défrayer des frais associés aux traitements d’ostéopathie

 

Noah Fournier – Waterville

Cet adolescent de 14 ans est atteint de la trisomie 21. Jovial, il adore faire du vélo avec sa mère. Afin de lui permettre de continuer à pratiquer ce sport, on souhaite lui offrir un vélo électrique adapté.

 

André Veilleux – Compton

La vie d’André Veilleux a basculé en 2008. Alors qu’il abattait un arbre dans son érablière, la tête de celui-ci cassa et frappa sa colonne vertébrale de plein fouet le rendant ainsi paraplégique. Afin d’améliorer sa qualité de vie, on souhaite lui offrir des roues à traction  qui propulseraient son fauteuil roulant, réduisant ainsi la force physique qu’il doit déployer pour se déplacer.

 

Sam Nadeau-Bolduc – Ayer’s Cliff

La petite Sam, 7 ans, est atteinte de leucodystrophie 4 H, une maladie génétique neurodégénérative. Depuis quelque temps, elle perd certains de ses acquis, dont celui de se déplacer. Elle doit maintenant utiliser un fauteuil roulant et une marchette. On souhaite lui offrir une poussette adaptée.