Compton célèbre la Semaine québécoise des marchés publics

Compton célèbre la Semaine québécoise des marchés publics

Les invités du Marché de soir de Compton ont pu remercier les producteurs grâce à de petites cartes lors de la Semaine québécoise des marchés publics. La nutritionniste Julie Aubé en est la porte-parole.

Crédit photo : (Photo Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

MARCHÉ. Lorsqu’on fait ses emplettes à l’un ou l’autre des différents marchés publics de la région, on peut mettre dans son petit panier du fromage, des fruits ou encore des légumes. Gardons également une place pour une bonne dose de reconnaissance pour les producteurs.

Célébrée pour une dixième année du 10 au 19 août, la Semaine québécoise des marchés publics a pris son envol au Marché de soir de Compton, jeudi (9 août). Sa porte-parole, la nutritionniste Julie Aubé, a rappelé la thématique de cette année où les activités tournent autour de la gratitude. «Quand on fait nos courses au marché, on saisit mieux tout le travail derrière la production alimentaire, souligne-t-elle. Forcément, on devient plus reconnaissant d’avoir accès à ces aliments. On célèbre aussi le côté gourmand, festif et rassembleur des marchés.»
Une habituée du Marché de soir de Compton, Mme Aubé trouve l’endroit extrêmement vivant et fort réjouissant. «On sent tout de suite l’ambiance qu’on souhaite venir chercher, soit cette convivialité», fait-elle savoir.

Les avantages de faire ses emplettes au marché sont nombreux, aux dires de la porte-parole. «On coupe d’abord tous les intermédiaires. Il y a aussi la fraîcheur qui est incomparable. La plupart des produits ont été cueillis la journée même. En bouche, c’est frappeur. Et fraîcheur rime aussi avec qualité nutritive», rappelle la nutritionniste.

«Ce qu’on se procure habituellement au marché, ce sont des produits de base. Et ceux-ci servent justement de base pour cuisiner. La cuisine maison, c’est l’une des choses qu’on peut faire pour mieux manger. On peut également enrichir notre savoir agroalimentaire en discutant et en échangeant avec les producteurs.»

Les marchés sont également une belle façon de développer une certaine fierté face à notre région d’adoption. «Il y a tellement une vaste identité alimentaire et territoriale. On ne peut qu’en être fier. Ce sentiment grandira sans même qu’on ait à s’en rendre compte», conclut Mme Aubé.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar