Rareté de main-d’œuvre: certaines entreprises se tournent vers des ados de 13 à 15 ans

Par Vincent Cliche
Rareté de main-d’œuvre: certaines entreprises se tournent vers des ados de 13 à 15 ans
Si plusieurs ados travaillent déjà sur la ferme familiale, de plus en plus d'entreprises de services sont prêtes à faire appel à eux pour combler leurs besoins de main-d'oeuvre. (Photo : archives Le Progrès de Coaticook - Vincent Cotnoir)

EMPLOI. Afin de résoudre la problématique de rareté de main-d’œuvre, certains employeurs commencent à embaucher des adolescents de 15, 14 et même 13 ans pour combler ces postes. Voilà une pratique qui fait peur, aux yeux du directeur général du Centre jeunesse emploi de la MRC de Coaticook, Steve  Proulx.

«Franchement, ça fait peur et ça m’inquiète», songe le principal intéressé.

«Je peux comprendre que les entreprises et les commerces de services soient en mode survie et qu’ils souhaitent continuer à desservir leur clientèle, mais ces jeunes ne sont pas assez matures. On ne peut pas leur demander d’effectuer les mêmes tâches qu’à des adultes. Ils ne peuvent apprendre à la même vitesse.»

M. Proulx dit que cette tendance commence à gagner Coaticook. «On en entend parler de plus en plus», souligne-t-il.

«On fait des campagnes sur les médias sociaux pour ne pas encourager des compagnies parce qu’elles font travailler des enfants en usine ou dans les champs dans certains pays. Cette tendance s’en vient chez nous.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires