Les rives du lac Lyster seront mieux protégées à Baldwin

Par Vincent Cliche
Les rives du lac Lyster seront mieux protégées à Baldwin
Le lac Lyster sera dorénavant doté d'une bande riveraine de cinq mètres, à l'intérieur de laquelle les propriétaires riverains ne pourront tondre la pelouse et auront l'obligation de la revégétaliser. (Photo : archives Le Progrès de Coaticook - Dany Jacques)

ENVIRONNEMENT. La Ville de Coaticook compte protéger davantage les rives du lac Lyster avec son nouveau règlement obligeant les citoyens du secteur Baldwin à respecter une bande riveraine de cinq mètres.

Cette bandes constitue une barrière naturelle où aucune intervention humaine n’est tolérée. On parle ici d’une interdiction de la tonte de la pelouse, en plus d’une obligation à reboiser cette portion du terrain avec certains petits arbustes.

La bande riveraine de cinq mètres devra être respectée en bordure du lac. En périphérie, elle sera de trois mètres, soit dans le bassin versant, les fossés et les affluents du lac Lyster.

Le maire de Coaticook, Simon Madore, salue cette action environnementale. «Ça faisait longtemps qu’on souhaitait réglementer à ce niveau, tant chez les élus que chez les citoyens», précise-t-il.

Afin de sensibiliser et informer la population du secteur, la Municipalité a mandaté un expert pour rencontrer chacun des propriétaires riverains afin de leur expliquer les nouveaux règlements. «Cette personne va également conseiller les gens pour connaître quel genre d’arbuste implanter pour que ça ne cache pas trop leur vue, tout en protégeant la rive», mentionne M. Madore.

Une initiative applaudie par l’APPLL

L’Association pour la protection du lac Lyster (APPLL), anciennement connue sous le nom d’Association des résidents de Baldwin Mills, applaudit l’adoption du règlement, qui a été voté lors de la séance du conseil municipal de Coaticook, du 11 mars dernier. «Depuis plusieurs années, nous tentons de sensibiliser les riverains à l’importance de préserver ou de créer une bande végétale riveraine», mentionne la présidente de l’organisme, Maryse Demers.

L’APPLL mettra aussi sur pied un projet de revégétalisation des berges cet été. Lors d’une analyse effectuée en 2016, il est apparu que l’envasement survenait à plusieurs endroits sur les rives du lac en raison d’apports en sédiments transportés lors de pluies abondantes et lors de la fonte des neiges et par un manque de barrières naturelles près des berges. Cela a entraîné une augmentation importante d’herbiers dans le lac et une baisse de la qualité de l’eau. «Le lac Lyster est un des principaux plans d’eau de la MRC de Coaticook et est beaucoup utilisé et sollicité par la population. Il a donc une grande valeur pour les activités de villégiature pour la population de la région et le maintien de la qualité de son eau est primordial», poursuit Mme Demers.

À la Municipalité, on songe également à interdire la présence d’embarcations à moteurs sur le lac dans certains secteurs où une plante envahissante, le myriophylle à épi, se retrouve. Les mouvements rapides des hélices des embarcations ainsi que la chaleur dégagée par les moteurs représentent des facteurs de propagation.

Notons que dans quelques-unes des municipalités du Québec où une bande riveraine a été adoptée, celle-ci est de dix mètres.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Arsélia Branchaud
Arsélia Branchaud
3 années

Dans la première phrase de votre texte, bande ne devrait pas prendre de « s ». Désolée, j’ai vu cette erreur et je ne peux pas passer outre et ne pas vous le mentionner.

Tomas
Tomas
3 années

La rive de 10 mètres de large est reglementée partout au Québec depuis 30 ans.

Vincent
Vincent
3 années
Répondre à  Tomas

Mais peu de municipalités obligent le reboisement d’une certaine distance.