La ferme du CIARC de Coaticook s’associe à PrevTech pour une question de prévention

Vincent Cliche vcliche@leprogres.net

La ferme du CIARC de Coaticook s’associe à PrevTech pour une question de prévention
Le président du Centre d'initiatives agricoles de la région de Coaticook, Jean-Pierre Charuest, la gérante de la ferme-école, Lydia Charron, le directeur général du CIARC, Anthony Laroche, le directeur du développement des affaires chez PrevTech, Tony Rodrigue, ainsi que François Martineau, des Installations électriques R. Théberge, ont levé le voile sur un nouveau système de prévention. (Photo : (Photo Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche))

AGRICULTURE. Le Centre d’initiatives agricoles de la région de Coaticook (CIARC) s’est associé avec la firme PrevTech afin de mieux protéger sa ferme-école, un bâtiment vieux de 110 ans.

Les équipements, qui ont été dévoilés lors d’un point de presse tenu mardi matin (21 juin), permettent de détecter certaines anomalies électriques, comme l’explique le directeur du développement des affaires chez PrevTech, Tony Rodrigue. « Lorsqu’il y a un enjeu sur le réseau électrique, il y a toujours une présence de chaleur. Les sondes qu’on installe dans les panneaux sont capables de la détecter, ce qui peut éviter des incendies », souligne-t-il 

Les situations problématiques sur une ferme sont nombreuses. « Ça peut être deux fils qui se touchent parce que l’un d’entre eux a été dénudé et touche maintenant une structure métallique. Ça peut aussi être un moteur qui est usé et dont l’isolation fait défaut. Un tracteur pourrait passer sur une extension et écraser les fils. Bref, on est capable de tout voir ça à distance », énumère M. Rodrigue.

Un tel partenariat est gagnant, surtout lorsqu’on sait que plus de la moitié des incendies sur des fermes sont de nature électrique. « Il faut s’assurer de poursuivre notre mission, tout en protégeant notre bâtiment, explique le directeur général du CIARC, Anthony Laroche. La ferme sert de lieu d’enseignement [pour les étudiants du CRIFA]. On devient donc proactif en termes de prévention dans le domaine agricole. C’est une bonne chose. »

Quant à lui, le président du conseil d’administration de l’organisme, Jean-Pierre Charuest, voit d’un bon œil l’aspect technologique. « Ça rejoint le volet d’automatisation que notre futur institut bioalimentaire veut prôner. Le fait d’installer des systèmes qui travaillent en continu pour nous s’inscrit dans cette lignée. »

PrevTech donnera un cours par session sur la prévention électrique aux étudiants du programme de production animale. Notons également que les Installations Électriques R. Théberge ont participé à ce projet. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires