La copropriétaire du verger Le Gros Pierre en nomination au gala des Agricultrices du Québec

Vincent Cliche vcliche@leprogres.net

La copropriétaire du verger Le Gros Pierre en nomination au gala des Agricultrices du Québec
La copropriétaire du verger Le Gros Pierre, Mélanie Éliane Marcoux, est la candidate de l'Estrie au gala des Agricultrices du Québec. (Photo : (Photo Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche))

COMPTON. Pour ses multiples implications, les projets qu’elle mène de front et pour sa grande écoute, la copropriétaire du verger Le Gros Pierre, Mélanie Éliane Marcoux, a été sélectionnée à titre de représentante de l’Estrie au gala des Agricultrices du Québec.

Émue, la principale intéressée se dit très honorée de cette nomination. « C’est réellement une belle tape dans le dos, confie-t-elle. Ce sont aussi de beaux encouragements pour une personne qui ne vient pas nécessairement du milieu agricole. Ça veut dire que j’ai bien appris des nombreux mentors et des personnes qui ont évolué autour de moi. »

En plus de ses tâches au verger de Compton, la pomicultrice s’implique également au sein du Conseil de l’industrie bioalimentaire de l’Estrie, à l’Union des producteurs agricoles (UPA) de Coaticook, aux Agricultrices de l’Estrie et chez Tourisme Cantons-de-l’Est. 

Au cours des dernières années, elle a multiplié les projets à son entreprise. Bien évidemment, l’agrandissement du bâtiment principal, qui abrite la boutique et les cuisines, occupe une bonne partie de son temps. Il ne faut toutefois pas oublier tout ce qui touche au volet agriculture. « On fait des recherches sur le couvre-sol et les mauvaises herbes. On continue de développer de nouvelles variétés de pommes. Il y a d’ailleurs deux d’entre elles qu’on suit précieusement. Elles n’ont pas encore de noms, mais on sera prêt à les faire découvrir en dégustation à nos clients cet automne. »

Les idées fusent aussi du côté des cuisines. « Nos pratiques de développement durable se poursuivent, note Mme Marcoux. Toutes nos pelures de pommes sont récupérées. On va les porter chez un agriculteur du coin [la ferme Lennon], qui en fait ensuite du compost avec son lisier de porc. Ça fait une belle économie circulaire. Il ne reste que nos retailles de pâte de nos tartes aux pommes. On va regarder s’il est possible de les introduire dans le compost. Si ça fonctionne, on sera vraiment zéro déchet dans la cuisine. »

La nommée au gala des Agricultrices du Québec saura si elle remporte l’un des prix le 22 octobre prochain. L’événement se tiendra du côté de Saguenay. « Peu importe le résultat, cette nomination, c’est celle de toutes les agricultrices, qui travaillent toutes très fort », tient-elle à préciser.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires