Inondations: Coaticook veut savoir ce qui cloche sur la rue Thornton

Par Vincent Cliche
Inondations: Coaticook veut savoir ce qui cloche sur la rue Thornton
Le maire de Coaticook, Simon Madore. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

COATICOOK. Les citoyens de la rue Thornton ont été frappés par de nombreux coups d’eau au cours de la dernière année. La Ville de Coaticook souhaite trouver la raison pour laquelle ces inondations soudaines ont lieu à répétition.

La Municipalité a donc offert un mandat à la MRC de Coaticook ainsi qu’au Conseil de gouvernance de l’eau des bassins versants de la rivière Saint-François (COGESAF). L’étude se fera au cours des prochaines semaines, moyennant une facture de 3500 $.

«Au fil du temps, on s’est posé beaucoup de questions à savoir pourquoi ça inondait à répétition dans ce secteur, indique le maire de Coaticook, Simon Madore. Il y a un ponceau qui nous semble problématique. C’est à cet endroit que ça bouche en raison des sédiments, des petites branches et de la terre. Et quand ça bouche, ça refoule jusqu’aux maisons à proximité.»

«On sait qu’un peu plus haut il y a des terres agricoles. Est-ce dû au défrichement de ces terres? Sont-elles trop drainées en amont? On veut en avoir le cœur net», rajoute le premier magistrat.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean-Guy Boisvert
Jean-Guy Boisvert
2 années

Moi, j’en ai eu ras le bol. Ma résidence a plus de 100 ans et n’avait jamais été inondé auparavant, le pourquoi de l’achat. Maintenant après avoir subi 2 inondations majeur, oui ils on probablement réglé le problème, mais trop peu trop tard. J’ai subi des pertes financières énormes, sans compter l’augmentation exorbitante de mes assurances. La ville à décliné toute responsabilité dans cette affaire, moi ni connaissant rien dans le domaine, trop tard pour aller en justice. Et pour finir, lors de la dernière inondation celui qui a alerté les autorités locales et bien c’est moi!