Développement des Érables: les premières constructions pourraient apparaître dès janvier à Coaticook

Vincent Cliche vcliche@leprogres.net

Développement des Érables: les premières constructions pourraient apparaître dès janvier à Coaticook
Le directeur de la division planification et développement au Groupe Custeau, Jean-François Poulin, montre au maire de Coaticook, Simon Madore, ainsi qu'à l'homme d'affaires Jean-Pierre Lefebvre les plans modifiés du développement des Érables. Ces derniers l'ont été à la suite d'une rencontre avec les citoyens touchés par les futurs travaux. (Photo : (Photo Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche))

COATICOOK. Après avoir apporté des modifications à ses plans initiaux à la suite de plusieurs rencontres avec des citoyens voisins du projet, le Groupe Custeau a débuté les travaux entourant le futur développement domiciliaire des Érables. Les premières constructions pourraient être mises en chantier dès janvier prochain, soulignent les responsables.

« Les gens avaient beaucoup de questions face à notre projet au cours des derniers mois, relate le directeur de la division planification et développement au Groupe Custeau, Jean-François Poulin. On en est venu à modifier certains aspects du développement et apporter plusieurs modifications pour répondre aux inquiétudes dont les gens nous ont fait part. »

Parmi les éléments ajoutés, mentionnons la création d’une bande tampon de 33 pieds tout autour du projet, longeant les résidences déjà existantes des rues Bachand, des Tilleuls et de l’avenue des Érables. « Je dois dire que c’est assez inusité dans un tel projet. Habituellement, une bande tampon est utilisée pour séparer des établissements d’usages différents, comme un secteur résidentiel et un immeuble commercial ou encore industriel. Les arbres utilisés seront aussi au choix des résidents touchés », précise M. Poulin.

Autres mesures amenées par le promoteur: celles de la hauteur des bâtiments et de l’orientation de certains balcons. « Une des situations qui nous avaient été amenées, c’était le fait que certaines résidences craignaient de perdre un peu de leur intimité en voyant un immeuble de quelques étages s’ériger à proximité de chez eux. Ils ne voulaient pas que des voisins voient dans leur cour arrière. Ce qu’on a fait, c’est qu’on a imposé un maximum de deux étages pour les nouveaux édifices à proximité des résidences unifamiliales déjà existantes. C’est d’ailleurs la même hauteur permise que pour eux. De plus, nous allons demander à ce qu’il n’y ait pas de balcon orienté vers ces voisins. »

« Lorsqu’on vendra les terrains, on guidera les gens dans ces conditions particulières. Ce sera noté dans les actes de vente », précise le directeur de la division planification et développement au Groupe Custeau.

Il est à noter que les immeubles multilogements de six à 24 unités se retrouvent en plein cœur du projet et non près des résidences des rues avoisinantes. 

Le maire de Coaticook, Simon Madore, croit que ces ajustements seront bien accueillis dans le secteur. « C’est certain qu’au départ, il y a eu un effet-surprise concernant l’ampleur du projet, admet-il. On a bien écouté leurs revendications et je pense qu’on est arrivé avec quelque chose d’intéressant pour tout le monde. »

Les travaux, qui ont été lancés au cours des derniers jours, seront réalisés en deux phases. D’abord, le promoteur créera la bande tampon. Il utilisera certains arbres déjà sur le site de l’ancienne carrière pour débuter cette installation. « Le fait de débuter les travaux à l’automne minimisera certains impacts liés à la nuisance, comme la poussière et le déboisement. Les citoyens concernés ont aussi été avisés de ceux-ci », souligne Jean-François Poulin.

Ces travaux s’échelonneront jusqu’en juillet prochain où tous les terrains seront livrés. 

PRIORITÉ AUX ENTREPRENEURS DE COATICOOK

La mise en vente des terrains se fera au cours des prochains jours. La priorité sera offerte aux entrepreneurs de Coaticook. « C’était l’une de nos demandes, en collaboration avec la MRC et la Chambre de commerce. Je trouve important que des contractants de notre région participent activement à la réussite de ce projet », souligne le maire de Coaticook, Simon Madore.

« UN MUST POUR LA VILLE »

Aux dires du premier magistrat, le développement des Érables, qui comprend 37 terrains et 250 unités d’habitation, représente un point tournant dans l’avenir de la municipalité. « À mes yeux, c’est un must. Il faut savoir qu’il ne nous restait que deux terrains zonés blanc propices au développement. Il faut donc passer par la densification pour nos futurs projets. Et cette densification, c’est une demande de la Ville et non du promoteur. »

« Je pense aussi que ça amènera encore plus de gens chez nous. On vit une situation où de nombreux emplois sont disponibles, mais il n’y a pratiquement plus de logements à proximité. Un développement immobilier comme le nôtre améliorera cette situation. Côté économique, l’augmentation de notre population peut aussi jouer en notre faveur lorsque des commerces ou bien des restaurants voudront venir s’établir. Ça nous assure une belle vitalité. »

Consultant au Groupe Custeau depuis quelques années et homme d’affaires bien connu dans la région de Coaticook, Jean-Pierre Lefebvre est du même avis. « Il y a déjà des industriels qui nous ont fait part de leur intérêt d’avoir des logements dans ce secteur pour l’accueil de nouveaux travailleurs. Il y a déjà une grande demande. Selon nos estimations, ce développement sera complet dans un horizon de trois à cinq ans. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires