Danick Martineau: marchand de bonheur… sur le web

Par Vincent Cliche
Danick Martineau: marchand de bonheur… sur le web
L'humoriste Danick Martineau marie ses trois passions, l'humour, le gaming et le hockey, pour accrocher un sourire sur le visage des internautes qui le suivent sur les médias sociaux. (Photo : gracieuseté - Andréanne Gauthier)

HUMOUR. Impossible de rester de glace devant la sympathique bouille de Danick Martineau. Avec ses capsules d’humour visionnées par des dizaines de milliers d’internautes, l’humoriste originaire de Coaticook mérite amplement le titre de «Marchand de bonheur».

Ce n’est pas la pandémie qui a arrêté le jeune homme de 21 ans cette année. «2020 a été pas mal rocambolesque, avoue le principal intéressé. Comme tout le monde, j’ai eu des hauts et des bas, mais quand je fais mon bilan, je n’en ressors que du positif. On peut dire que je ne fais que commencer dans ma carrière, mais je me sens déjà très comblé. J’ai pu avancer et poursuivre mon travail sur le web malgré la pandémie. Quand je regarde certains humoristes qui sont principalement sur la scène, ç’a vraiment été très difficile pour eux. Alors, je me compte très chanceux.»

L’inspiration de la vie quotidienne

Pour alimenter religieusement les différentes plateformes sur lesquelles Danick Martineau se retrouve, il puise à même des situations de la vie quotidienne. «Je me suis vite rendu compte que ce qui pogne le plus, ce ne sont pas nécessairement les vidéos où on se tape le plus sur les cuisses, mais plutôt celles où les gens se reconnaissent davantage, raconte-t-il. Par exemple, ma vidéo sur les phrases que les Québécois entendent le plus en confinement a cartonné. Ça rejoint quand même 100 % de mon auditoire parce qu’on a tous été dans le même bateau.»

Il aime également bien se coller à l’actualité. Dernièrement, l’humoriste a lancé une chanson sur la dernière cuvée d’Occupation double. «C’en est devenu une tradition, confie-t-il. L’an dernier, j’avais fait cette vidéo et elle a été visionnée 100 000 fois en à peine 24 heures. Le lendemain, lorsque je me suis pointé au gala des Olivier, tous les humoristes que j’admire m’ont félicité. Cette année, j’ai peut-être été un peu plus baveux, mais les participants sont capables d’en prendre. J’ai fait ma parodie sur l’air de Bohemian Rhapsody, une musique théâtrale et dramatique, qui colle parfaitement à OD.»

Dans les vidéos qui font du bien, notons également les «Après-matchs» des Canadiens de Montréal sur Facebook, que Danick a pilotés en collaboration avec le Réseau des sports. «On était là pour s’amuser après une belle victoire ou pour se changer les idées après une cuisante défaite. Beaucoup de gens ont été surpris de mes connaissances au hockey, mais ça fait partie d’une de mes passions. On espère relancer cette série lors de la prochaine saison.»

L’humoriste entretient également un p’tit côté «gamer». Cette passion pour les jeux vidéo l’a beaucoup aidé durant la pandémie. «En confinement, ça m’a aidé à passer du temps et à me changer les idées. Parfois, je »streamais » mes parties. Je sais que ça va rejoindre les jeunes que les »e-sports » sont de plus en plus populaires. Il s’agit d’une nouvelle plateforme que j’aimerais développer davantage l’an prochain.»

Parlant de 2021, cette année-là s’annonce remplie de projets pour Danick Martineau. «J’ai déjà plusieurs projets sur la table. Vous n’avez certainement pas fini de me voir la « bette » sur vos écrans.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean
Jean
3 mois

Tes trop cool Dannick