Concours AGIS contre l’intimidation: des ados de Waterville s’illustrent

Par Vincent Cliche
Concours AGIS contre l’intimidation: des ados de Waterville s’illustrent
Anouck Prince, Sarah-Maude Veilleux et Naomi Veilleux (absente de la photo) ont remporté le concours AGIS contre l'intimidation, au grand bonheur de la coordonnatrice de la Maison des jeunes de Waterville, Émilie Handfield-Dutremble. (Photo : Photo Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

WATERVILLE. Trois adolescentes qui fréquentent la Maison des jeunes de Waterville ont remporté le concours provincial AGIS contre l’intimidation. Leur histoire sur le «coming out» d’une jeune asexuelle a su charmer le jury.

À titre de récompense, leur scénario sera réalisé professionnellement dans une capsule de trois minutes par l’organisme Interligne, en collaboration avec le Grand Prix Desjardins.

«Lorsqu’on m’a appelée pour m’en informer, disons que j’ai capoté ma vie, raconte avec un grand enthousiasme Anouck Prince. J’attendais de voir la vidéo sur les réseaux sociaux qui annonçait les gagnants. Quand je l’ai vue, c’est venu officialiser le tout.»

«On peut dire que c’était une victoire complètement inattendue», rigole pour sa part Sarah-Maude Veilleux.

Les deux adolescentes de 16 ans, qui ont uni leurs forces à celles Naomi Veilleux, 18 ans, ont travaillé fort à l’élaboration du scénario. Leurs efforts ont d’ailleurs été applaudis par la coordonnatrice de la Maison des jeunes de Waterville, Émilie Handfield-Dutremble. «J’ai eu la chance de lire leur texte et j’ai été impressionnée par leur professionnalisme. J’étais littéralement plongée dans leur histoire et je ne voulais même pas être dérangée avant de l’avoir terminée. Ça ne me surprend donc pas qu’elles aient été choisies.»

Notons que les jeunes scénaristes seront invitées à Montréal afin d’assister au tournage de leur scénario, lors de la Semaine de relâche. Les comédiennes Sophie Paradis et Gabrielle Boulianne-Tremblay les accompagneront dans leurs démarches. «On a entièrement confiance en l’équipe de livrer notre message de façon authentique», soulignent les principales intéressées.

Le résultat devrait être mis en ligne sur les différentes plateformes de l’organisme Interligne au début avril.

Une histoire qui résonne

L’histoire de l’adolescente qui révèle à ses parents son asexualité résonne chez Sarah-Maude Veilleux, qui s’identifie elle-même comme asexuelle, ce qui veut dire qu’elle ne ressent peu ou pas d’attirance sexuelle envers qui que ce soit. «Ce n’est pas mon histoire, confie-t-elle. Mais j’ai voulu m’investir à fond, car il s’agit d’un sujet qui me tient à cœur.»

Et ce n’est pas parce que ses deux autres collègues ne vivent pas cette réalité qu’elles n’ont pas eu leur mot à dire dans l’élaboration du scénario. «On a lancé nos idées et on a été très franche envers nous-mêmes», explique Anouck.

«Je crois qu’on avait envie d’aborder un sujet dont très peu de personnes parlent. En tant que personne asexuelle, j’ai probablement amené certaines notions aux personnages, une certaine profondeur aussi.»

Contrairement au personnage qu’elle a créé, Sarah-Maude n’a pas cru bon faire un «coming out» proprement dit. «Si le sujet s’amène dans la discussion, j’en parle tout simplement, mais je n’en fais pas un plat. J’ai la chance d’avoir une famille et des amis très ouverts.»

«Je ne connaissais peut-être pas l’étiquette de « personne asexuelle » avant, mais je savais que je me définissais ainsi. Il y en a qui ne comprennent peut-être pas, mais c’est correct. Justement, en faisant un court métrage, on va faciliter la conversation.»

«C’est important d’en parler, croit sa collègue. À la base, l’intimidation, l’homophobie et la peur de la diversité des genres, ça part d’une certaine méconnaissance. Si on réussit ce pari, je pense qu’on va avoir gagné une autre fois.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Garcia
Garcia
3 années

génial , votre idée , sa fera un peu plus parler d’un sujet qui est malheureusement souvent occulté .
Régulièrement je regarde l’actualité , et sur le sujet de l’asexualité il sort un article tout les deux mois et encore . Souvent erronée . Je connais trop de gens qui ne savent pas vraiment ce que cela veut dire . J’en ai parlé à ma famille sans faire vraiment un coming out , même avec les collège , de façon détourné dans une conversation . Ou quant on me tendais la perche , apparemment c’est un secret de polichinelle , tout le monde et au courant . Bon courage pour la suite .