Coaticook s’unit face au manque criant de places en milieu de garde

Par Vincent Cliche
Coaticook s’unit face au manque criant de places en milieu de garde

COATICOOK. Confrontés à un manque de places en milieu de garde dans la région, des partenaires de différents milieux à Coaticook s’unissent afin d’agir contre cette problématique. La création d’une bourse qui vise à soutenir les personnes intéressées à devenir éducatrices vient tout juste d’être mise de l’avant.

Le projet est né d’une initiative similaire dans la MRC du Granit. Dans le concret, un montant de 2000 $ sera attribué pour les nouveaux milieux de garde reconnus et un montant de 1000 $ le sera pour la conversion d’un milieu de garde privé en milieu de garde reconnu. Ces montants seront offerts par la MRC de Coaticook et par la députée de Saint-François, Geneviève Hébert.

«Je me réjouis que la mobilisation de notre milieu vienne bonifier ainsi les incitatifs financiers à l’ouverture de nouveaux services de garde en milieu familial, que notre gouvernement a relancés récemment», souligne l’élue caquiste.

Selon les personnes impliquées dans le projet, l’initiative vise bien plus que le simple octroi de bourses. Elle vise aussi à valoriser le rôle crucial porté par les éducatrices. «Le travail d’un responsable de service de garde en milieu familial régi est très stimulant et valorisant, souligne la directrice générale du CPE L’Enfantillage, Jacinthe Fecteau. Ce rôle est d’une extrême importance, puisqu’ils deviennent les personnes les plus significatives dans la vie des parents et de leurs enfants. Ils sont responsables de mettre en application un programme éducatif soutenant le développement global des tout-petits, tout en veillant à leur sécurité, à leur santé et à leur bien-être. Les responsables de service de garde assurent donc leur première entrée dans le monde de l’éducation.»

«LE MANQUE DE PLACES NUIT AU RECRUTEMENT»

L’initiative est saluée par plusieurs membres de la communauté, dont le directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie de la région de Coaticook, Roger Garceau. «Le manque de places en garderie nuit définitivement au recrutement et à la rétention d’employés dans la région. Nos employeurs en souffrent.»

«La disponibilité de places en garderie est un enjeu important pour les nouvelles familles qui souhaitent s’établir sur notre territoire. À l’heure où l’intérêt pour les régions est grandissant pour plusieurs personnes qui sont à la recherche d’une belle qualité de vie, il était essentiel d’agir rapidement pour répondre à ce besoin et se donner tous les moyens nécessaires pour continuer d’être une région attractive», indique pour sa part Patricia Gardner, agente d’accueil à la MRC de Coaticook.

«Le manque de places en garderie touche directement le bien-être des familles. De nombreux parents retardent leur retour au travail faute d’une place pour leurs enfants, ce qui entraîne une perte de revenus pour la famille. De plus, avec la pénurie, les parents n’ont plus la liberté de choisir le milieu de garde qui convient le mieux à leurs besoins et à ceux de leurs tout-petits. Il s’agit également d’une première transition pour le parent et l’enfant. Savoir que son enfant sera dans un environnement de confiance et qui va contribuer à son développement facilite cette transition importante», ajoute Corinne Hamelin, directrice générale à la Maison de la famille de la MRC de Coaticook.

«Cette problématique a un impact défavorable pour le bien-être de notre population en limitant nos familles dans les différentes sphères de leur vie. Nos familles ne peuvent donc pas contribuer au développement social et économique de notre communauté», renchérit Émilie Drouin, directrice générale de la Corporation de développement communautaire de la MRC de Coaticook.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires