Belding Corticelli: le maire se veut rassurant auprès des joueurs présents

Par Vincent Cliche
Belding Corticelli: le maire se veut rassurant auprès des joueurs présents
Le maire de Coaticook, Simon Madore.

HÔTELLERIE. Le maire de Coaticook, Simon Madore, tient à rassurer les propriétaires d’établissement d’hébergement et de gîtes touristiques quant à la concrétisation du projet de la Belding Corticelli, une ancienne usine qui sera bientôt transformée en unités destinées à la location. «Ce sera une toute autre offre d’hébergement», avance le premier magistrat. «J’aimerais tout simplement les rassurer, rajoute-t-il. Il s’agit d’une offre d’hébergement conventionnel dont nous avions besoin. Il ne s’agit pas d’avoir d’autres « bed and breakfast » ou d’autres motels ou camping.» Afin de prouver ses dires, M. Madore cite une récente étude qui démontre que la région de Coaticook aurait besoin d’au moins 70 chambres supplémentaires pour répondre à la demande. «Ce que nous proposent les gens de la Belding, ça viendra combler notre besoin», dit-il. Un nouvel établissement viendra occuper les périodes plus achalandées, comme en été, lors de Foresta Lumina. «Destination Sherbrooke le dit. Leur attraction #1, c’est nous qui l’avons avec Foresta Lumina. Après toutes ces années, on n’a pas su mobiliser notre monde. Statistiquement, les gens ne restent même pas une nuit dans la région [mis à part au camping où cette statistique se chiffre à un peu plus de deux nuitées par séjour]. Sur les 350 000 marcheurs qui viennent annuellement au Parc de la gorge, la plupart des visiteurs de l’extérieur retournent dépenser à Magog ou bien à Sherbrooke. Il faut avoir les hébergements nécessaires pour les retenir dans notre belle région.» Même chose lors d’événements sportifs, comme lors du Tournoi des frontières ou de tournois de hockey. «Souvent, les équipes vont dire qu’elles ne sont pas intéressées parce qu’on ne peut pas tous les loger au même endroit. Ils diront aussi qu’elles ne veulent pas être logées à l’extérieur car faire de la route en hiver, ce n’est pas ce qu’il y a de plus plaisant. On perd vraiment beaucoup d’équipes de cette façon.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Joel Larouche
Joel Larouche
4 années

Vous allez détruire l’industrie touristique pour 2 fins de semaine de tournoi par année !!! Vos établissements locaux ont doublé l’offre hôtelière dans les 5 dernières années (passant d’environ 65 unités à plus de 125). Imaginez ce qu’on pourrait faire encore. Malheureusement, ce projet d’hôtel déguisé dans du résidentiel exerce une concurrence inéquitable qui va casser l’excellent dynamisme de vos hébergements locaux créateurs d’emploi. Par ailleurs, si la municipalité a une « étude », qu’elle la rende publique. Sur le terrain, la réalité des propriétaires d’hébergements, ce n’est pas la pénurie que vous croyez. Cette étude ne passe pas le test de la réalité.