Agrandissement de l’école Louis-St-Laurent: l’espoir d’obtenir le feu vert toujours présent

Par Vincent Cliche
Agrandissement de l’école Louis-St-Laurent: l’espoir d’obtenir le feu vert toujours présent
La présidente du Comité de mobilisation «Tous pour l'école Louis-St-Laurent», Émélie Beaulieu, est confiante de voir le projet d'agrandissement progresser. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

COMPTON. À la toute dernière journée de classe (21 juin), des élèves de l’école primaire Louis-St-Laurent de Compton ont tenu à expliquer à la députée de Saint-François, Geneviève Hébert, pourquoi un agrandissement de leur établissement était nécessaire.

Répondant aux missives des jeunes qu’on lui avait envoyées, la politicienne a voulu rassurer les troupes quant au cheminement du dossier dans les bureaux du ministère de l’Éducation. «Dernièrement, il y a eu des annonces du genre [agrandissements d’écoles], mais il s’agissait de projets qui étaient un peu plus avancés que celui de Compton, tient à préciser Mme Hébert. Il y aura d’autres annonces à l’automne et je suis très confiante qu’on réussira à obtenir le feu vert.»

À l’intérieur des lettres, Félix Vaillancourt, Lucas Morlet et Félix-Antoine Rivard, ont rappelé l’importance d’un agrandissement. Pour l’un, c’était la sécurité d’abord, notant que les élèves du Pavillon Notre-Dame-des-Prés devaient traverser la rue pour rejoindre le bâtiment principal. Pour d’autres, le gymnase n’était pas assez grand. «On n’est pas assez essoufflé quand on fait nos activités», imagent-ils.

«Il y en avait même qui était prêt à mettre la main à la pâte lorsqu’il parlait du local d’informatique. Je trouve ça très mignon de voir que les enfants sont prêts à s’impliquer de la sorte. Ce sont de bons arguments à utiliser pour faire avancer le projet», estime la députée, qui a tenu à rappeler que l’éducation était au cœur des engagements de son gouvernement.

Présidente du Comité de mobilisation «Tous pour l’école Louis-St-Laurent», Émélie Beaulieu demeure confiante de l’avancement du projet. «De voir qu’elle se déplace pour répondre aux lettres des élèves, c’est un bon signe. On a bon espoir qu’à l’automne, on se fasse dire oui.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires