Monique Gagnon-Tremblay parle de Waterville TG au Japon

En mission au Japon, la ministre Monique Gagnon-Tremblay s’est préoccupée des emplois à l’usine Waterville TG.

À l’occasion d’une mission au Japon où elle a accompagné le premier ministre du Québec, la ministre des Relations internationales, ministre responsable de la Francophonie, ministre responsable de la région de l’Estrie et députée de Saint-François, madame Monique Gagnon-Tremblay, a pour la troisième fois visité les dirigeants de Toyoda Gosei, maison mère de l’entreprise Waterville TG.

Son objectif consiste à réitérer toute l’importance pour la région de l’Estrie de maintenir les emplois et de développer une expertise et des nouveaux produits afin de se prémunir contre toute concurrence nord-américaine.

Elle a aussi profité de l’occasion pour expliquer tous les avantages stratégiques pour une telle entreprise de maintenir en Estrie sa main-d’œuvre qualifiée pour qu’elle soit le moteur du virage technologique de l’entreprise pour faire face à la forte concurrence sur le plan international.

Lors de l’entretien, la ministre Gagnon-Tremblay a également insisté pour que l’entreprise se prévale des avantages de la Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation et pour qu’elle profite de nos universités pour donner une valeur ajoutée aux emplois à Waterville.

Lors de son entretien avec les dirigeants de Toyoda Gosei, la ministre a compris la capacité de l’entreprise à être innovante en dotant, par exemple, certains de ses véhicules de coussins gonflables adaptés au contact de l’automobile avec les piétons.

En conclusion, la ministre a déclaré avoir été impressionnée par les gestes posés par Toyoda Gosei en ayant comme priorité l’être humain en souscrivant aux sports pour les jeunes et au travail de personnes handicapées afin d’aider à leur intégration à la société.

Poster un Commentaire

avatar