Coaticook inaugure son poste 120kV, un projet de 8 M$

Coaticook inaugure son poste 120kV, un projet de 8 M$

Le maire de Coaticook, Simon Madore, explique les grandes lignes du projet 120kV, qui a été inauguré lundi (26 novembre). Il est ici accompagné du chef de division Hydro-Coaticook, Sylvain Breault (2e à gauche) et de son équipe.

Crédit photo : (Photo Le Progrès de Coaticook)

COATICOOK. Considéré comme le projet le plus important dans toute l’histoire de Coaticook, le poste 120 kV a été inauguré un peu plus d’un an après sa première pelletée de terre.

«On peut dire que c’est un grand jour pour notre ville», a lancé fièrement le maire Simon Madore, lors de la mise en service de ces installations, lundi après-midi (26 novembre).

Mais qu’est-ce que fait un tel poste? «Pour simplifier le tout, disons qu’on reçoit l’alimentation [d’électricité] en gros et on la rabaisse à plus basse tension afin de la distribuer à la grandeur de la ville», fait savoir le chef de la division Hydro-Coaticook, Sylvain Breault.

Le premier magistrat a aussi rappelé que la consommation grandissante d’électricité avait amené sa Municipalité à la limite de ce que pouvait lui fournir Hydro-Québec. «Le nouveau poste était donc devenu nécessaire pour assurer une plus grande autonomie à la Ville. Ce qui était pour nous un frein au développement ne le sera plus. C’est le rêve de tout maire que sa ville grossisse. Nous allons pouvoir récupérer des clients dans le parc industriel avoisinant le poste, en plus de pouvoir alimenter de possibles nouveaux développements domiciliaires», souligne M. Madore.

Dans les budgets

Lorsque le projet a été lancé sous le dernier mandat du maire Bertrand Lamoureux, on avait lancé une facture de dix millions de dollars. Or, aujourd’hui, le prix final tourne autour des huit millions de dollars. «On a décidé de financer ce projet sur 25 ans, note Simon Madore. Ce n’est pas seulement à notre génération de payer uniquement pour cet investissement. Lorsque les gens ont créé Hydro-Coaticook à la fin des années 1800, ils ne se sont pas égorgés en taxes municipales lors des premières années pour financer le projet.»

Les sommes que recevra la Municipalité pour la vente de son électricité serviront à financer d’autres projets ou encore de possibles baisses de taxes. «Ce sera au conseil de prendre ces décisions», note le maire.

Poste Sleeper et Akhurst

Lorsque le projet a vu le jour, le conseil municipal a mandaté le comité de toponymie de réfléchir à un nom. «Le choix était vaste, raconte la conseillère municipale coaticookoise, Sylviane Ferland. Le comité souhaitait faire revivre l’histoire d’Hydro-Coaticook, un organisme né en 1902. Rappelons-nous aussi qu’on a dû se battre dans les années 1960 pour conserver la municipalisation de l’électricité.»

Le choix s’est arrêté sur Sleeper et Akhurst, deux propriétaires d’une fonderie en bordure de la rivière Coaticook. Ces derniers ont construit un des premiers barrages de la Ville. En 1896, ils ont aussi été responsables de l’électrification des rues de Coaticook.

Poster un Commentaire

avatar