Arterrasse: Manon Marcoux renouvelle l’expérience d’une galerie d’art en plein air

Par Vincent Cliche
Arterrasse: Manon Marcoux renouvelle l’expérience d’une galerie d’art en plein air
L'artiste Manon Marcoux prend la pose avec l'un de ses nombreux collages qu'elle proposera dans le cadre de l'événement Arterrasse, les 11 et 12 septembre prochains. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

COATICOOK. Fière du succès remporté par l’événement de l’an dernier, l’artiste Manon Marcoux transforme une fois de plus sa cour en galerie d’art en plein air, dans le cadre d’Arterrasse, ce week-end (11-12 septembre).

Tout comme en 2020, la Coaticookoise souhaite s’offrir une vitrine pour ses œuvres. «Durant toute l’année, je me suis amusée à créer. Il est important de présenter mon travail. C’est un peu comme un écrivain qui passe deux années à écrire, mais qu’ensuite, personne ne le lit. Ça ne fait pas de sens. Voilà pourquoi Arterrasse revient. De plus, j’ai tellement hâte de rencontrer les gens.»

Contrairement à l’an dernier, l’artiste a plutôt opté pour des collages plutôt que des tableaux réalisés au pinceau ou au crayon. «J’ai commencé à m’intéresser à cette forme d’art en janvier dernier, alors qu’une de mes amies m’en a fait mention. C’est réellement une nouvelle façon de créer. C’est aussi un art qui peut être pratiqué par tout le monde. Il s’agit simplement d’avoir des ciseaux, de la colle et d’avoir sous la main des revues ou encore des lettres ainsi qu’un brin d’imagination et de créativité», lance-t-elle.

Une trentaine de collages seront présentés lors de l’événement, dont ses tout premiers, une série baptisée «Vues sur le monde». «J’ai créé des univers ressemblant au Canada, à l’Égypte et à l’Afrique, note celle qui s’identifie comme une véritable globe-trotteuse. Mes plus récents plongent toutefois dans l’univers du surréalisme. C’est un risque que j’ai pris, mais, pour le moment, c’est ce qui m’interpelle.»

UN PREMIER PAS VERS UN CIRCUIT ARTISTIQUE

L’événement Arterrasse pourrait-il être précurseur d’un plus grand circuit artistique où  peintres, sculpteurs et photographes accueilleraient les visiteurs dans leurs ateliers, à l’image de ce qui se fait dans la région de Memphrémagog?

L’idée est embryonnaire, mais les plans d’un tel projet sont sur la table à dessin. «On est un petit groupe à travailler là-dessus. On aimerait bien lancer un projet-pilote en 2022, qui se passerait dans la MRC de Coaticook», mentionne Mme Marcoux.

Entre temps, les visiteurs sont attendus au 81, rue Bonin, de 10 h à 17 h, lors des deux journées d’Arterrasse.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires