La ministre Bibeau annonce les compensations pour les producteurs de volaille et d’œufs

Par Vincent Cliche
La ministre Bibeau annonce les compensations pour les producteurs de volaille et d’œufs
Les producteurs de volaille et d'œufs seront compensés pour les accords commerciaux qu'a conclus le gouvernement canadien avec d'autres pays. (Photo : archives Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

AGRICULTURE. Afin de compenser les producteurs de volaille et d’œufs à la suite de l’accord de libre-échange avec la zone transpacifique, la ministre de l’Agriculture et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, a annoncé une enveloppe de 691 millions de dollars, laquelle servira principalement à financer des projets d’investissements.

L’élue a fait l’annonce du Programme d’investissement à la ferme pour la volaille et les œufs, le 13 avril dernier. Celui-ci fournira près de 630 millions de dollars sur dix ans pour aider les producteurs à moderniser leurs installations, à améliorer leur compétitivité et à s’adapter aux préférences changeantes des consommateurs. Ces projets pourraient comprendre notamment la construction de nouveaux poulaillers ou l’achat d’équipements, tels que des systèmes d’alimentation, d’abreuvement, d’éclairage, de ventilation ou de chauffage, qui favorisent l’économie d’énergie et réduisent l’empreinte environnementale.

Le gouvernement du Canada s’engage ainsi une contribution pouvant aller jusqu’à 70 % du coût des projets et, pour les jeunes producteurs de 35 ans ou moins, jusqu’à 85 %. Le programme sera rétroactif au 19 mars 2019 et les demandes pourront être reçues plus tard ce printemps.

Le Programme de développement des marchés du dindon et du poulet fournira quant à lui 36,5 millions de dollars, sur dix ans, aux éleveurs de dindons et 25 millions de dollars aux producteurs de poulet au pays. Le financement vise à accroître la consommation de ces deux viandes grâce à des activités promotionnelles qui permettent de distinguer les aliments produits au Canada grâce à leur réputation comme aliments sains de qualité supérieure, produits de façon durable et conforme à des normes rigoureuses en matière de bien-être animal.

Marie-Claude Bibeau indique que d’autres compensations dans le domaine sont à venir en lien avec l’Accord de libre-échange avec les États-Unis et le Mexique. Elle cite en exemple les transformateurs. «Nous continuerons de protéger le système de la gestion de l’offre et sommes dorénavant engagés à ne plus céder aucune part de marché lors des prochaines négociations commerciales», tient à préciser la ministre de l’Agriculture.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires