CHSLD de Coaticook: un vibrant témoignage de l’intérieur et des remerciements pour la haie d’honneur

Par Vincent Cliche
CHSLD de Coaticook: un vibrant témoignage de l’intérieur et des remerciements pour la haie d’honneur
Le CHSLD de Coaticook. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

SANTÉ. Fatigués. «À boutte». Voilà comment plusieurs employés du Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Coaticook décrivent leur situation depuis qu’une partie de l’établissement a été placé en zone chaude il y a quelques semaines.

«Le personnel est vraiment au bout du rouleau, souligne une employée qui désire conserver l’anonymat. On fait du travail supplémentaire à n’en plus finir. Chaque jour, on ramasse un ou une collègue en pleurs.»

Malgré l’épuisement, les employés disent bien faire leur travail. «On prend soin le plus possible de nos patients qu’on adore. Le contact humain est toutefois tellement difficile. Imaginez, on porte tous une jaquette jaune, des gants, un masque et une visière. Pour eux, il est pratiquement impossible de nous reconnaître. Ça déshumanise notre travail en quelque sorte.»

Du côté de la direction, au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, on dit que l’enjeu des ressources humaines est primordial. «La disponibilité des travailleurs du domaine de la santé représente un défi depuis plusieurs années déjà, a expliqué la directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques de l’institution, Josée Paquette, lors d’un récent point de presse. Dans un contexte de pandémie, notre force de travail devient extrêmement importante. Il y a parfois, en effet, un déséquilibre de certaines ressources.»

On dit vouloir faire appel à des employés provenant d’autres institutions. Ceux-ci seront intégrés à l’équipe en place selon un protocole «très rigoureux», insistent les dirigeants du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. «La notion de sécurité, c’est ce qui guide nos décisions. On veut à tout prix contenir la propagation et éviter que la maladie ne se répande», a souligné la directrice des programmes de soutien à l’autonomie des personnes âgées, Sylvie Moreault, lors de ce même point de presse.

La réaction à l’extérieur… et des collègues de travail

Ce qui est encore plus difficile pour plusieurs employés du CHSLD de Coaticook, c’est la réaction qu’ont certaines personnes dans leur milieu. «Les gens nous fuient comme si on avait la lèpre quand ils savent qu’on travaille en zone chaude. Même chose à l’hôpital. Des employés ne veulent même pas entrer dans le même ascenseur que nous. Pourtant, on prend tous les moyens pour se protéger. On fait de notre mieux», explique la même employée.

S’il y avait un message qu’elle aimerait lancer à l’approche des Fêtes, c’est celui du respect des consignes sanitaires. «Vous ne croyez peut-être pas à la COVID, mais pensez donc à nous ainsi qu’à nos patients qui souffrent. Pensez au stress qu’on a de ramener ce virus à la maison. Je demande aux gens de simplement respecter les règles en place. C’est un coup à donner, j’en conviens, mais ça nous aidera dans notre lutte face à la pandémie», conclut-elle.

L’appui de la communauté

Une haie d’honneur s’est formée le long de la rue Jeanne-Mance, mardi après-midi (22 décembre), pour rendre hommage aux travailleurs du Centre de santé et de services sociaux de la MRC-de-Coaticook et du CHSLD de Coaticook. Des véhicules d’urgence ont fait signalé leurs gyrophares. Des citoyens ont également participé à l’exercice.

«C’est une immense marque de reconnaissance et d’encouragement pour nos équipes de soins, a écrit Josée Turgeon sur la page Facebook de Coaticook, ma ville. C’est un beau témoignage, une belle vague d’amour et de solidarité. Nous avons encore la preuve que la MRC de Coaticook est une communauté soudée par des liens tissés serrés. Nous sommes très émus et touchés.»

«Merci aux membres du personnel d’accomplir ces petits miracles au quotidien et ce, en répondant présent au travail à chaque jour, poursuit-elle. Vous accomplissez un travail exceptionnel et un combat de tous les jours, malgré l’épuisement et la fatigue. Vous êtes une preuve de courage et de don de soi.»

Notons également que les cloches de l’église Saint-Edmond ont sonné sur le coup de 15 h, en soutien à cette initiative.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires