La fromagerie La Station complète son grand projet d’agrandissement

Par Vincent Cliche
La fromagerie La Station complète son grand projet d’agrandissement
La fromagerie La Station a grandi depuis les quatre dernières années. Sur la photo à l'intérieur de l'article, on aperçoit les frères Vincent et Simon-Pierre Bolduc qui prennent la pose à l'intérieur de la nouvelle étable de l'entreprise agroalimentaire. (Photo : gracieuseté - fromagerie La Station)

COMPTON. Au cours des quatre dernières années, la fromagerie La Station de Compton n’a cessé de grandir. Dernière étape de ce grand projet: l’aménagement d’un Économusée où les visiteurs pourront en apprendre davantage sur la fabrication des meules.

Propriétaire des installations du chemin Hatley, la famille Bolduc pense depuis quelque temps déjà à bonifier l’expérience des visiteurs sur le site. «Créer des fromages, s’occuper de nos animaux à la ferme, tenir une petite boutique, c’est notre boulot au quotidien. Ces axes-là, on les maîtrise très bien. Par contre, lorsque venait le temps de parler tourisme de destination, on avait quelques croûtes à manger», admet le copropriétaire de la fromagerie La Station, Simon-Pierre Bolduc.

C’est pourquoi on a tendu une perche aux différents offices du tourisme de la région, ceux de Coaticook et des Cantons-de-l’Est. Grâce à ces contacts, le jumelage entre La Station et le réseau des Économusées s’est fait. «On a travaillé ensemble pour arriver à un concept fort intéressant, qui amènera le visiteur à utiliser ses cinq sens. On a développé un parcours multisensoriel», raconte M. Bolduc avec enthousiasme.

Différents panneaux d’interprétation seront posés sur le site. Le point culminant de la visite sera l’entrée dans l’une des nouvelles caves d’affinement. «Les gens pourront se sentir comme de vrais fromagers. En entrant, ce sera immersif. Ils sentiront l’odeur, l’humidité. Ce sera une expérience en soi.»

«On a aussi travaillé avec des parfumeurs pour reproduire des odeurs reliées à notre secteur d’activité, comme le foin, le pâturage», note Simon-Pierre Bolduc.  Celles-ci seront utilisées afin de bonifier l’expérience. Des visites guidées encore plus poussées seront aussi proposées.

Notons que la fromagerie La Station a bénéficié d’une subvention de 162 000 $ du ministère du Tourisme pour la réalisation de ce projet. Ce dernier devrait voir le jour en juin 2021.

Histoire d’une croissance

Les gens qui ne se sont pas pointés à la fromagerie La Station depuis quelque temps pourraient être quelque peu dépaysés à leur prochaine visite. Les propriétaires ont en effet débuté leur projet d’agrandissement il y a quatre ans. «On était arrivé à la croisée des chemins. Nos installations étaient rendues à pleine capacité. On ne suffisait plus à la demande. Comme mes parents ont toujours l’énergie, que mes frères demeurent dans l’entreprise, on a décidé d’aller de l’avant avec notre processus de croissance et, du même coup, d’augmenter notre capacité de production», note Simon-Pierre Bolduc.

Tout a débuté par l’agrandissement de la boutique et la construction de bureaux administratifs. De nouvelles caves d’affinage ont ensuite été construites. On a également robotisé certains aspects de la production afin de régler les enjeux criants de main-d’œuvre.
Une nouvelle étable est présentement en construction sur le site. Le bâtiment aura une superficie totale de 32 000 pieds carrés. «On l’a pensée avec le confort de nos animaux en tête, lance M. Bolduc. Ils pourront se reposer sur des lits d’eau. On passera également d’une centaine de vaches à près de 170 dès le printemps prochain.»

Face à la COVID

Comme toutes les entreprises, la fromagerie La Station a elle aussi dû faire face à la pandémie de COVID-19. «Avec un peu de recul, on a été chanceux, puisqu’on a été un peu moins impacté que d’autres secteurs.  L’appel du premier ministre [du Québec, François] Legault à consommer localement et à encourager les entreprises du Québec a bien été entendu», mentionne Simon-Pierre.

Bien évidemment, ces derniers mois sont venus avec leur lot de défis. «Au début, on se disait qu’on allait conserver une certaine quantité de lait pour faire des grands crus. Malheureusement, la demande a vite explosé au printemps, à la suite du déconfinement. On a été obligé d’utiliser nos réserves pour fabriquer notre gamme régulière de produits. Ç’a été finalement une année en montagnes russes.»

De nouveaux produits sont en production et pourraient arriver sur les tablettes au printemps prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires