Hollywood: l’histoire de Marc Dauphin pourrait se retrouver au cinéma

Par Vincent Cliche
Hollywood: l’histoire de Marc Dauphin pourrait se retrouver au cinéma
L'histoire du médecin de guerre Marc Dauphin pourrait être transportée au grand écran. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche))

CINÉMA. Dans l’autobiographie «Médecin de guerre», l’ex-membre des Forces armées canadiennes Marc Dauphin raconte l’expérience qu’il a vécue dans un hôpital à Kandahar, en Afghanistan. Ce récit a récemment retenu l’attention des studios d’Hollywood.

La nouvelle a pris par surprise le principal intéressé. «Je ne m’y attendais certainement pas, surtout que mon livre est paru il y a un p’tit bout de temps de ça [la version anglaise, intitulée «Combat Doctor», s’est retrouvée sur les tablettes des librairies en 2013]. Cet été, mon éditeur m’a appelé pour me dire qu’il y avait des studios d’Hollywood intéressés à porter mon histoire au grand écran. Il m’a conseillé de faire appel à un agent qui évoluait dans le monde du divertissement. Ce n’est pas facile à trouver, mais j’ai été très chanceux», lance-t-il, tout sourire.

Le contrat avec son agent en mains, les deux partis ont pu négocier certaines conditions à respecter si le récit est transformé en scénario. «D’abord, j’aimerais être sur le plateau à titre de consultant. Après tout, c’est ma vie qu’on racontera, alors j’aimerais avoir mon mot à dire. Autre point important pour moi, je veux que mon personnage soit un Québécois et non un Américain. J’y tiens mordicus.»

M. Dauphin mentionne que des négociations sont en cours et qu’on devrait connaître le sort du projet d’ici quelques mois. «La première étape, c’est de vendre le matériel source à un studio intéressé. On me dit que les studios sont toujours à la recherche de bonnes histoires et que, lorsqu’ils en trouvent une, ils souhaitent en sécuriser les droits. Ça ne veut pas dire qu’ils vont en faire un film, mais on a bon espoir que ça avance en ce sens.»

S’il y a une chose dont il est fier de son passage en Afghanistan, c’est bien le taux de survie de 97 % des patients qu’il a soignés. De quoi faire rougir bien des établissements, même si le site ne recevait que des cas de trauma.

Pas la première fois à l’écran

Le travail de Marc Dauphin a déjà inspiré l’industrie du divertissement américain. Dans la série télévisée «Combat Hospital», diffusée sur le réseau ABC, les producteurs s’étaient déplacés jusqu’en Afghanistan pour voir en action les intervenants de cet hôpital situé en zone de guerre. «Il y a un gars qui m’a suivi comme mon ombre là-bas. Il ne m.’a pas lâché une seconde. Je me souviens de la première fois qu’un paquet de traumatisés s’était pointé, il m’avait dit qu’on allait se retrouver à son bureau, car il ne pensait pas être capable de me suivre. Je lui ai dit « non, tu restes avec moi ». À mes yeux, il fallait vraiment qu’il voie la nature de mon travail pour bien l’amener à l’écran.»

D’ailleurs, les personnages du colonel Xavier Marks et de sa conjointe Christine Ezrin sont des clins d’œil à M. Dauphin ainsi qu’à son épouse Christine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires