La ferme piscicole des Bobines doublera sa production d’ici l’an prochain

Vincent Cliche
La ferme piscicole des Bobines doublera sa production d’ici l’an prochain
Normand Roy (à droite) et son fils Clément sont les copropriétaires de la ferme piscicole des Bobines. L'entreprise familiale prendra de l'ampleur au printemps prochain grâce à un ambitieux projet de construction. (Photo : Le Progrès de Coaticook – Vincent Cliche)

EAST HEREFORD. La ferme piscicole des Bobines a le vent dans les voiles. L’entreprise familiale, qui est située à East Hereford, entame ces jours-ci la construction d’un nouveau bâtiment qui permettra de doubler sa production de truites arc-en-ciel dans un futur rapproché.

À l’intérieur de la nouvelle construction de 12 700 pieds carrés, on accueillera 44 nouveaux bassins. «Cela nous permettra à notre production de passer de 210 à 460 tonnes annuellement. C’est aussi l’un de nos projets les plus ambitieux», lance fièrement le copropriétaire de l’endroit, Normand Roy.

Le projet de 1,4 M$ a été amené sur la table il y a quelque temps déjà afin de répondre à une demande de plus en plus grandissante. «On doit refuser certaines commandes puisqu’on n’a pas la capacité de production. Avec ce qu’on est en train de bâtir, on sera en mesure de prendre davantage de clients», résume M. Roy.

La transformation des truites en différents produits se fait presque exclusivement pour des grossistes et des distributeurs, de même que certains restaurants. Tout près de 10 % des poissons sont réservés pour la pêche récréative, dont le seul client est la Pourvoirie Réal Massé, située à Saint-Zénon.

Nouvelles technologies

Le bâtiment et les salles d’alevinage et des juvéniles viendront avec des équipements à la fine pointe de la technologie, assure le copropriétaire. «Tout ça sera super moderne, dit M. Roy. On utilisera des techniques écologiques. Lors de certaines périodes de l’année, l’énergie qu’on utilisera proviendra uniquement des panneaux solaires que nous installerons. Le MAPAQ [ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec] a déjà eu un programme pour aider les producteurs financièrement dans l’énergie solaire. Aujourd’hui, c’est Hydro-Québec qui offre le coup de pouce financier.»

Côté environnement, le système d’extraction du phosphore permettra de diminuer la quantité de cette matière rejetée. «La limite fixée par le ministère de l’Environnement se chiffre à 882 kilos annuellement. Chez nous, ça atteint 460 tonnes. Notre système permettra de diminuer cette donnée de moitié dans nos nouvelles salles. Pour ma part, je pense que c’est la plus belle réalisation qu’on peut avoir», s’enthousiasme Normand Roy.

La petite histoire de l’entreprise

  • 1975: Normand Roy fait ses premiers pas dans le domaine de l’aquaculture du côté de Saint-Malo. À l’époque, la production annuelle se chiffrait à quelque 40 tonnes, alors qu’aujourd’hui, elle est cinq fois supérieure.
  • 1980: On déménage les installations du côté de Sainte-Edwidge-de-Clifton. Celles-ci sont toujours actives sous le nom des Arpents verts. Elle est opérée depuis 1995 par Johanne Roy, la fille de Normand, ainsi que par son conjoint Christian Lanctôt.
  • 1989: L’entreprise s’installe définitivement à East Hereford et débute sous l’appellation des Bobines.
  • 2004: Les Bobines procèdent à leur premier projet d’agrandissement. Les bassins, qui étaient auparavant extérieurs, se retrouvent désormais à l’abri dans un tout nouveau bâtiment.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires