Un prêtre du Burkina Faso s’amène à Coaticook

Par Vincent Cliche
Un prêtre du Burkina Faso s’amène à Coaticook
Depuis le début de l'été, la communauté des Saints-Apôtres compte un nouveau curé, l'abbé Clément Banaba. Il est ici accompagné de l'animatrice de la paroisse, Sonia Turgeon. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

RELIGION. Alors que les célébrations de la messe ont repris depuis quelques semaines à l’église Saint-Edmond de Coaticook, les fidèles se familiarisent avec un nouveau visage, celui de l’abbé Clément Banaba, un prêtre africain originaire du Burkina Faso.

Avant d’arriver au Canada l’an dernier, M. Banaba a effectué des études théologiques et pastorales au grand séminaire de son pays. Il s’est occupé de la pastorale des tout-petits, en plus d’avoir supervisé la construction d’une nouvelle paroisse, de laquelle il sera nommé curé jusqu’en 2018.

Un programme d’échanges avec le diocèse de Sherbrooke l’amènera au Québec, d’abord à Ayer’s Cliff, puis à Sainte-Catherine-de-Hatley, avant de faire son entrée aux paroisses des Saints-Apôtres de Coaticook et Notre-Dame-de-l’Unité de Compton, en juin dernier. Son arrivée en sol canadien s’est bien déroulée, aux dires du principal intéressé. Même chose pour son intégration.

La surprise a toutefois été grande lorsqu’il a vu le nombre de personnes lors d’une messe. «Ç’a été un grand choc pour moi, avoue-t-il. D’où je viens, les églises étaient bondées. Ici, elles sont délaissées par les fidèles.»

Le défi sera donc de taille afin de faire revivre cette effervescence. Et le nouvel abbé de la région de Coaticook compte bien s’y attaquer. «Vous savez, la foi, elle peut être vécue partout et pas nécessairement dans une église. J’aimerais organiser des activités hors de l’église, aller à la rencontre de la communauté», explique-t-il.

Le nouveau venu apporte un coup de pouce à la paroisse. Cette aide est bien accueillie par l’animatrice des Saints-Apôtres, Sonia Turgeon. «Il est jeune et il a des idées plein la tête, notamment pour le retour de notre pastorale auprès des jeunes. Le fait qu’il y ait la présence d’un prêtre sur place ne peut qu’être bénéfique pour notre milieu», note-t-elle.

Les paroissiens ont été nombreux à assister aux messes ces dernières semaines. Certaines ont fait salle comble en raison des mesures de distanciation imposées à ce type de rassemblements.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des