Rocket de Coaticook: «On aurait mérité un meilleur sort», lance l’entraîneur-chef, Guy Ainslie

Par Vincent Cliche
Rocket de Coaticook: «On aurait mérité un meilleur sort», lance l’entraîneur-chef, Guy Ainslie
L'entraîneur-chef du Rocket South Shore de Coaticook, Guy Ainslie, croit que son équipe aurait mérité un meilleur sort lors de la première ronde des séries éliminatoires de la Ligue de baseball junior élite du Québec. (Photo : archives)

BASEBALL. L’élimination rapide en trois matchs du Rocket South Shore de Coaticook aux mains des Ducs de Longueuil, le 5 septembre dernier, ne figurait certainement pas dans les plans de l’entraîneur-chef, Guy Ainslie.

«C’est sûr que je suis déçu du résultat. Dans ma tête, on était capable de battre Longueuil», fait savoir le principal intéressé, au sujet de cette série 3 de 5.

«On a eu quelques lacunes en défense et on n’a pas été capable de réaliser certains jeux de base. À certains moments, on a manqué de jus. Il y avait toujours une manche plus difficile et c’est souvent à cause de celle-là qu’on l’échappait. Ç’a été un peu à l’image de notre saison régulière», dit-il.

La liste de blessées qui s’est allongée et l’absence d’un arrêt-court régulier ont aussi fait mal au Rocket. «Les gars qui ont occupé cette position-là ont tout donné. C’est quelque chose qu’il va falloir regarder pour la prochaine saison.»

Chose certaine, l’entraîneur-chef veut lever son chapeau, ou plutôt sa casquette, à l’ensemble de ses joueurs. «Ils étaient tous là pour l’équipe. Ils ont joué pour le logo et non pour leur numéro», avance M. Ainslie.

Ainslie reviendra-t-il en 2021?

L’entraîneur-chef du Rocket, Guy Ainslie, s’assoira avec les dirigeants de la formation afin de dresser le bilan de la saison 2020 de l’équipe. Celui-ci n’a pas encore montré ses couleurs à savoir s’il reviendra ou non à la barre du Rocket l’été prochain.

«On a disputé 21 matchs cette saison en peu de temps, reconnaît-il. Parfois, on jouait même quatre matchs en l’espace de quelques jours. Un moment donné, ça devient « tough ». Ça prend un méchant passionné pour répondre présent. En plus, en affrontant toujours les mêmes équipes de notre division, ç’a été une méchante commande. On a joué contre Granby huit fois et contre Longueuil à six reprises.»

«Si on revient à une formule un peu plus normale l’an prochain, j’avoue que je serais intéressé à poursuivre ce que j’ai entrepris cette saison. Je pense être un bon communicateur auprès des jeunes et je pense aussi être en mesure de faire progresser l’équipe», conclut M. Ainslie.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires