Les deux gouvernements viennent en aide aux aquaculteurs

Par Patrick Trudeau
Les deux gouvernements viennent en aide aux aquaculteurs
Bien qu'il n'était pas touché directement par la problématique, Normand Roy (Ferme piscicole des Bobines) a milité au cours des dernières semaines pour qu'une aide soit accordée aux aquaculteurs aux prises avec des surplus de poissons. (Photo : Le Progrès de Coaticook – Archives/Dany Jacques)

TRUITES.Après avoir lancé un appel à l’aide il y a quelques semaines, les propriétaires de piscicultures de la province auront droit à une aide financière d’un peu plus d’un million $, grâce à une collaboration entre les gouvernements du Québec et du Canada.

Le pallier provincial contribuera pour un montant de 408 000 $ alors que le gouvernement fédéral a débloqué un montant de 612 000 $.

Ces sommes ont été annoncées conjointement par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs,  Pierre Dufour, ainsi que par la ministre fédérale de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau.

En raison du contexte lié à la pandémie, plusieurs aquaculteurs québécois se sont retrouvés avec des surplus de poissons qui étaient destinés à l’ensemencement dans les cours d’eau du Québec, notamment dans les pourvoiries.

Ces poissons (des truites) qui se sont accumulés dans les étangs d’élevage ont conduit à des taux de mortalité anormalement élevés, surtout lors des épisodes de canicule.

L’aide financière accordée devrait pouvoir permettre d’ensemencer les surplus piscicoles dans les différents plans d’eau du Québec.

Précisons que la Ferme piscicole des Bobines, une entreprise agroalimentaire très réputée en région, n’était pas touchée par la récente problématique, puisqu’elle transforme elle-même sa production de truites.

Son propriétaire Normand Roy, qui agit comme président de la Table filière de l’aquaculture en eau douce du Québec, a toutefois milité pour l’ensemble des aquaculteurs au cours des dernières semaines, afin de faire avancer le dossier.

À noter que le Québec compte près de 70 entreprises piscicoles. Celles-ci produisent 65 tonnes de poissons pour le marché de l’ensemencement et 450 tonnes pour le marché de l’alimentation. La valeur totale de la production est évaluée à 9,3 millions $.

Partager cet article

1
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Jean Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Jean
Invité
Jean

Est-ce qu’il est prévu une association avec les épiceries ?
On pourra trouver un peu plus de truite locale dans notre épicerie !!!