Campagne des Paniers de Noël: bilan d’une année record à Coaticook

Par Vincent Cliche
Campagne des Paniers de Noël: bilan d’une année record à Coaticook
La directrice générale du Centre d'action bénévole de la MRC de Coaticook, Marjorie Tyroler, se réjouit du grand succès de la campagne des Paniers de Noël, qui s'est déroulée en décembre dernier. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

GÉNÉROSITÉ. Avec ses 53 088 $ et 12 696 livres de denrées alimentaires recueillis en l’espace d’un mois, un seul mot pourrait résumer la dernière campagne des Paniers de Noël dans la région de Coaticook: générosité.

On parle même d’une année record, souligne Marjorie Tyroler, directrice générale du Centre d’action bénévole de la MRC de Coaticook, organisme qui gère cette même campagne. «Notre communauté est reconnue pour sa grande générosité. On en a encore une fois la preuve avec ces résultats. Les gens ont bien évidemment été généreux en ce qui a trait à l’argent, mais il ne faut pas oublier qu’ils l’ont été tout autant avec leur temps», fait-elle savoir.

Les bénévoles ont donc été nombreux à participer au succès de la campagne. Ils ont été 47 à confectionner lesdits paniers, plus de 170 à participer à la Guignolée des médias et 140 d’entre eux ont mis les mains à la pâte lors des Cuisines collectives des Fêtes. La directrice générale souligne aussi les initiatives de certains groupes, dont celles des Anges de Noël de la pharmacie Jean-Coutu et de l’école secondaire La Frontalière, du match de denrées du Dynamik, des brigades culinaires ainsi que des sorties de son président d’honneur, le maire de Coaticook, Simon Madore. «Rien ne serait possible sans nos bénévoles, dit-elle. La promotion du bénévolat fait partie de notre mission. Après tout, nous nous appelons le Centre d’action bénévole.»

Des fonds pour toute l’année?

Les 53 000 $ amassés permettront de pallier aux nombreuses demandes de dépannages alimentaires pour une bonne partie de l’année. «En elle-même, la campagne n’est pas suffisante pour couvrir tous nos besoins. Par chance, nous avons de généreux donateurs qui viennent nous aider, comme la Fondation Tillotson et Moisson Estrie.»

Les besoins sont grands dans la région. «Les demandes d’aide ont pratiquement triplé depuis les dernières années. On répond à un peu plus d’une vingtaine de demandes par semaine. C’est énorme. Et ce n’est pas juste ici que ça se passe. C’est généralisé à l’ensemble de l’Estrie.»

Notons que toutes les sommes amassées s’en iront à l’aide alimentaire. Les frais d’administration sont entièrement couverts par l’organisme. L’aide des bénévoles à la confection et à la transformation de la nourriture permet aussi de réduire les coûts.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des