Un projet de nouveau pipeline passerait par la région de Coaticook

Par Vincent Cliche
Un projet de nouveau pipeline passerait par la région de Coaticook
East Hereford est une municipalité touchée par le tracé du pipeline. (Photo : archives Le Progrès de Coaticook - Vincent Cotnoir)

ÉNERGIE. Le tracé du pipeline Goldboro LG touche la grande région de Coaticook, en particulier la petite municipalité d’East Hereford. Des groupes environnementaux commencent à s’élever pour barrer la route à cet aménagement.

Avec la collaboration de Dany Jacques

Le porte-parole d’Environnement Vert Plus, Pascal Bergeron, dit prendre le taureau par les cornes avant que les dés ne soient jetés sur la table. «L’entreprise Pieridae Energy dit vouloir utiliser le pipeline actuel, mais sa capacité est insuffisante. Nous croyons que la compagnie empruntera le même corridor énergétique que l’actuel tracé de TQM pour y construire un second tuyau presque trois fois plus gros», soupçonne-t-il.

M. Bergeron indique que la section visée au Québec fait partie d’un projet global de 10 milliards de dollars. L’acheminement du gaz de l’Alberta vers la Nouvelle-Écosse demandera, selon lui, l’expansion du Trans Québec Maritime (TQM) et du Portland Natural Gas Transmission System (PNGTS).

La Coalition rappelle que le gazoduc TQM, construit il y a une vingtaine d’années, entre Montréal et East Hereford, fonctionne déjà à sa pleine capacité de 200 millions de pieds cubes par jour, alors que l’approvisionnement du terminal en demandera 1,3 milliard. «Nous refusons la construction d’un nouveau tuyau pour faire sortir le gaz toxique de l’Alberta, ajoute Alexandre Ouellet du groupe Résistance écologiste de Sherbrooke. Nous avons déjà barré la route au pipeline Énergie Est de TransCanada, et nous promettons de récidiver contre un dédoublement du pipeline dans le sud du Québec».

Les environnementalistes souhaitent ainsi réduire les risques d’explosions, de fuites et de pollution en bordure des pipelines, ainsi que de réduire au maximum l’extraction de gaz naturel par fracturation dans l’Ouest canadien. Ce procédé étant jugé «polluant» par les opposants.

Le corridor ciblé sera le même que celui emprunté par le pipeline de TQM depuis une vingtaine d’années. Plus particulièrement, dans la MRC de Coaticook, il sillonne Stanstead-East, Barnston-Ouest, Compton, Coaticook, Sainte-Edwidge-de-Clifton et Saint-Herménégilde avant d’aboutir à East-Hereford à la frontière avec le New Hampshire.

Il traverse également les municipalités de Stukely-Sud, Saint-Étienne-de-Bolton, Eastman, Bolton-Est, Austin, Magog, Sainte-Catherine-de-Hatley, Ayer’s Cliff et Hatley.

À Magog et Sainte-Catherine-de-Hatley, il longe sur quelques kilomètres les autoroutes 10 et 55.

Pour le moment, la MRC de Coaticook ne s’est pas positionnée par rapport au projet. Les instances concernées n’ont pas été interpellées et semblent être peu informées sur le projet.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des