Défi Polyteck inaugure sa nouvelle ligne de démantèlement à Coaticook

Par Vincent Cliche
Défi Polyteck inaugure sa nouvelle ligne de démantèlement à Coaticook
La nouvelle ligne de démantèlement de l'entreprise Défi Polyteck permet de mieux séparer les métaux et d'en extraire les ressources. Ainsi, 99,5 % des matières résiduelles sont récupérées, réutilisées ou revalorisées. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

ÉCONOMIE. Grâce à un investissement de plus de 100 000 $, l’entreprise Défi Polyteck, via sa division Récup-Air, a inauguré sa nouvelle ligne de démantèlement à son usine de Coaticook, consolidant ainsi une trentaine d’emplois, en plus d’en créer cinq nouveaux.

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi (16 octobre), les dirigeants de l’entreprise d’économie sociale et verte ont levé le voile sur quatre équipements qu’ils viennent tout juste d’acquérir. «Ce sont des machines qui nous permettent de séparer les métaux et d’en extraire les ressources, qui deviennent ainsi des matières premières pour plusieurs entreprises locales, plutôt que d’être expédiées vers d’autres pays. On obtient ainsi un meilleur taux. Dans un concept d’économie circulaire, on vient boucler la boucle qu’on ne pouvait pas faire jusqu’à maintenant», explique le directeur des ventes, du marketing et des communications au Défi Polyteck, Benoit Longpré.

De nombreux dignitaires ont participé au dévoilement de la nouvelle ligne de démantèlement.

Pour la mise sur pied de ce nouveau projet, la MRC de Coaticook a injecté une somme de 20 000 $. Le responsable du développement économique et maire de Coaticook, Simon Madore, se réjouit de cette initiative innovante. «À notre connaissance, aucune entreprise au Québec ne possède une telle chaîne de démantèlement, indique-t-il. Nous sommes fiers de participer à ce projet qui fait rayonner positivement notre région en matière de protection de l’environnement, un sujet qui prend de plus en plus d’ampleur dans la prise de nos décisions.»

À ce titre, Défi Polyteck reçoit des milliers d’appareils réfrigérants chaque année. L’optimisation du processus de démantèlement permet de mieux récupérer les matériaux et les gaz qui s’y retrouvent. «À titre d’exemple, le gaz contenu dans un seul réfrigérateur pollue autant qu’une voiture qui roulerait 17 000 kilomètres pendant un an», image le directeur du développement stratégique de l’entreprise, Pierre Morency.

«Imaginez, il y en a qui les entreposent dans des dépotoirs à ciel ouvert», déplore le vice-président de Gree Canada, Paul Gemme.

Ce dernier, un grand philanthrope pour Défi Polyteck, a acheminé jusqu’à 100 000 appareils vers l’entreprise de Coaticook. «Les gens d’affaires, les manufacturiers, les grands donneurs d’ordres doivent poser des gestes concrets et devenir des entrepreneurs socialement engagés. Collaborer et s’associer à Défi Polyteck en est un. Il nous assure que toutes les mesures seront prises afin de réduire l’impact de nos appareils réfrigérants en fin de vie sur l’environnement, en plus de participer à une formidable mission sociale», mentionne-t-il.

Notons que Défi Polyteck emploie majoritairement des personnes atteintes de différentes limitations fonctionnelles à son usine de la rue Saint-Jacques Sud, à Coaticook.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des