Le journaliste Christian Caron raconte l’histoire de l’aréna de Coaticook

Par Vincent Cliche
Le journaliste Christian Caron raconte l’histoire de l’aréna de Coaticook
Le journaliste Christian Caron est l'auteur du livre «Un aréna et la tradition continue», qui se penche sur les 50 ans du Centre récréatif Gérard-Couillard. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cilche)

COATICOOK. Considéré comme un bâtiment qui fait la fierté de plusieurs sportifs de la région, le Centre récréatif Gérard-Couillard n’a pas toujours fait l’unanimité, comme le raconte le journaliste Christian Caron dans son plus récent ouvrage, intitulé «Un aréna et la tradition continue».

«Ç’a été un véritable roman-savon», avance celui qui a été invité à livrer une conférence sur le sujet aux membres de la Société d’histoire de Coaticook, en marge du 50e anniversaire de l’aréna.

«On se transporte dans les années 1950-1960, à une époque où les Québécois étaient peut-être un peu frileux au niveau de leur porte-feuille. Coaticook était une ville qui vivait du textile, pas trop riche non plus. Les gens doutaient qu’on puisse se payer un aréna. Ils pensaient que les taxes allaient augmenter.»

Trois référendums ont été nécessaires pour sceller le sort du futur établissement sportif. «Lors du second, seulement sept votes séparaient les opposants de ceux qui souhaitaient l’aréna. Il y a eu certaines irrégularités dans le scrutin et il y a même des gens qui ont vu leur maison être vandalisée.»

50 ans plus tard, le journaliste se demande bien pourquoi  les gens ont pu être contre un si beau projet. «On n’a qu’à penser à toutes les équipes qui nous ont dignement représentés à l’extérieur, que ce soit au hockey, au ballon-balai et même au patinage artistique. Cette discipline a d’ailleurs été un pilier de l’aréna, puisque dans les années 1970, il n’y avait pas beaucoup de sports pour les filles.»

Des galas de lutte et de boxe, sans compter plusieurs spectacles musicaux ont également été présentés à l’aréna de Coaticook. «On se rappelle la belle époque du Festival du lait et même de certains shows organisés par le Salon du commerce», souligne M. Caron.

Un comité planche d’ailleurs sur une journée de célébrations entourant le 50e anniversaire de l’aréna. Le 9 novembre prochain, on accueillera l’ex-membre du Canadien et vainqueur de la Coupe Stanley Mathieu Dandenault. On inaugurera le «nouveau» Centre récréatif Gérard-Couillard, lui qui a subi une cure de rajeunissement de 6 M$ au cours des derniers mois. Le tout se terminera par une soirée à L’Épervier, où on présentera la nouvelle cuvée du Dynamik, en plus de recevoir la visite de l’animateur et humoriste Michel Beaudry.

Partager cet article

4
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
3 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Jean-YvesGuy BelairChantal Lemieux Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Chantal Lemieux
Invité
Chantal Lemieux

Il va être en vente où et à partir de quelle date ?

Guy Belair
Invité
Guy Belair

Je me souvient quand l’arena a overt savant ca nos route de Hockey se disputais a l’ecole Gendreau a l’exterieur. Mon pere a travailler sur ce project…

Jean-Yves
Invité
Jean-Yves

Moi aussi j’ai joué et patiné sur la patinoire de l’école Gendreau. Je me souviens il avait une « cabane » chauffée à l’huile ou on enfilait nos patins. Quand il avait neigé la veille ou quand il neigeait , on devait passer la pelle genre grattoir sur cette patinoire en patins. D’ailleurs, cette patinoire était située derrière la résidence des sœurs. Les temps ont beaucoup changé…

Jean-Yves
Invité
Jean-Yves

Je dois vous dire que j’ai travaillé à la construction de cette aréna en 1969. Elle ne portait pas le nom Gérard Couillard à l’époque. Mon père était le superviseur des travaux. Moi, j’étais dans un canal et dans la boue avec mes grandes bottes et une règle alors que mon père Normand vérifiait le niveau pour la pose des tuyaux de drainage du terrain de l’aréna. J’ai également travaillé à la finition intérieure de l’aréna mais un manque de chauffage en plein mois de janvier m’a contraint à abandonner le métier. Que de bons souvenirs. J’ai également eu le… Read more »