Abolition des commissions scolaires: Yves Gilbert défend l’organisme qu’il préside

Par Vincent Cliche
Abolition des commissions scolaires: Yves Gilbert défend l’organisme qu’il préside
Prêchant pour sa paroisse, le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Yves Gilbert, craint de voir l'institution qu'il dirige disparaître. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

ÉDUCATION. Le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Yves Gilbert, s’oppose bien évidemment à l’abolition de ces organismes, une proposition du gouvernement de François Legault. «On perdra des gens dédiés à l’éducation et ça menacera l’autonomie de nos communautés», plaide-t-il.

«Je suis profondément déçu que le gouvernement de la CAQ ait mené sa réflexion de réforme sur la gouvernance scolaire sans nous mettre dans le coup. Je crains pour l’autonomie de la région et, surtout, des régions semi-urbaines et rurales, comme celle où se trouve notre commission scolaire», prévient M. Gilbert.

Le président se garde certaines réserves de commenter les tenants et aboutissants de cette loi. «Nous discuterons et nous déciderons d’un commun accord de la position que nous adopterons», tranche-t-il.

«Nous souhaitons établir un dialogue sur l’avenir de la gouvernance scolaire avec nos communautés et nos représentants élus à l’Assemblée nationale. La démocratie scolaire ne doit pas se décider qu’à Québec. Cela concerne aussi les régions», conclut Yves Gilbert.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des