Le comité sur la fiscalité agricole dépose ses recommandations à Compton

Par Vincent Cliche
Le comité sur la fiscalité agricole dépose ses recommandations à Compton
Compton crée un comité sur la fiscalité agricole. (Photo : archives Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

COMPTON. Formé au printemps dernier, le comité sur la fiscalité agricole a déposé ses cinq recommandations à la Municipalité de Compton afin d’alléger le fardeau fiscal des agriculteurs de ce territoire.

Il propose entre autres d’instaurer un taux de taxation distinct pour les exploitations agricoles enregistrées, en plus de réévaluer annuellement la pertinence de celui-ci. La création d’un comité consultatif agricole pourrait également être étudiée.

Le comité composé de producteurs agricoles, d’un citoyen rural et d’élus municipaux a aussi proposé de bonifier de 200 000 $ le budget dédié à l’entretien des chemins de gravier pour l’année 2019. Il aimerait aussi que les budgets à l’entretien des chemins de terre pour 2020 soient revus à la hausse.

«Les producteurs agricoles ne cherchent pas à esquiver leurs responsabilités fiscales, mentionne Vincent Lachance, lui-même producteur agricole à Compton. Nous souhaitons retrouver l’équité perdue à la suite de la hausse astronomique de la valeur de nos terres, tout en continuant à contribuer pour une juste part et équitable au financement des services municipaux.»

Membre du comité et conseiller municipal de Compton, Jean-Pierre Charuest souligne que la problématique sur la fiscalité agricole n’est pas unique à la région. «C’est un malaise québécois sur lequel le gouvernement devra intervenir afin de contrôler le problème à la source, dit-il. Entre temps, le comité est fier de présenter au conseil municipal des pistes de solutions locales qui permettront de soutenir la pérennité de notre principal secteur économique, sans trop affecter les revenus de la Municipalité.»

Un message que partage le maire de Compton, Bernard Vanasse. «Le support de l’agriculture devrait être l’affaire de l’ensemble de la population québécoise, et non seulement celle du monde rural. Notre lait, nos légumes, nos viandes nourrissent l’ensemble du Québec et non seulement Compton. Il faut avoir une vision globale de notre agriculture», croit le premier magistrat.

Les recommandations apportées par le comité seront étudiées par les élus en marge de la préparation du prochain budget, lequel devrait être adopté en décembre prochain.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des