La vie de Samuel Green racontée par son fils Donald

Par Vincent Cliche
La vie de Samuel Green racontée par son fils Donald
Donald Green est ici photographié en compagnie de la présidente de la Société d'histoire de Coaticook, Carmen Michaud. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

TÉMOIGNAGE. Malgré le fait qu’il ait à peine connu son père Samuel, Donald Green a voulu témoigner du grand bien que son paternel a fait pour la communauté de Coaticook.

«Mon père est mort alors que je n’avais que 19 mois, a-t-il lancé d’entrée de jeu aux membres de la Société d’histoire de Coaticook, lors d’un récent déjeuner-conférence de l’organisme. Quand j’étais jeune, pour moi, c’était pratiquement un étranger. Je ne me rappelais même pas qu’il m’ait pris dans ses bras. J’ai donc appris à le connaître plus tard à travers des discussions, en regardant des photos.»

Samuel Green a été propriétaire du commerce du même nom, une entreprise que sa famille a gérée de 1927 à 1983. «À l’époque, c’était la première place que t’allais en te disant qu’il devait bien avoir ce que tu cherchais. Ça s’appelait Samuel Green inc., mais les gens appelaient ça Chez Sam Green.»

«Je pense que sa plus grande réalisation est d’avoir aidé à beaucoup de gens, surtout ceux qui étaient dans le besoin. Combien de fois il a fait crédit et il n’allait jamais les collecter, car il savait que ces gens étaient dans la misère», poursuit M. Green.

D’ailleurs, une rue porte son nom dans le secteur de l’avenue de la Gravière à Coaticook.

Donald Green travaille désormais chez CASE, le Centre agricole de Coaticook, après avoir été plus d’une trentaine d’années à opérer un commerce de station-service. «C’est une belle job de fin de carrière», admet l’homme de 57 ans.

Ce dernier a d’ailleurs accepté l’invitation de la Société d’histoire de Coaticook pour deux raisons. «D’abord, je n’ai jamais entendu parler en mal de mon père. Je trouve qu’il méritait que je lui fasse un petit hommage. Il y a aussi Ben Marcoux [un membre de l’organisme] avec qui je déjeune pratiquement tous les matins. Ç’aurait été bien dommage que je lui refuse ça», rigole-t-il.

Partager cet article

2
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Janine RiendeauDiane Durette Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Diane Durette
Invité

Bravo Donald j’ai connu Samuel Green inc. ca r je suis arriver à Coaticook en 1973, Je trouve dommage d’avoir manquer ton témoignage ce devais être beau !

Janine Riendeau
Invité

Donald. Janine Riendeau, je fûs la compagne de Jean-Louis Bergeron dans les années 81-82-83, tu étais très ami avec Mario et l’autre ????? Rachèle Hébert ( ta mère) était la tante de Nicole Hébert ma grande amie ( décédée). qui demeurait à Mississauga, Ont. Nous allions souvent à votre chalet au lac Massawipi à Ayers Cliff. Nicole et Jean-Claude étaient encore au Qc à cette époque. J’ai aussi une photo de toi et les deux Bergeron??????? Je ne la publierai pas…… ?????? Vous étiez posés de dos, et +++++. Bons souvenirs. Alexina ( Janine ) Riendeau