République de l’Indian Stream: un parcours touristique raconte cette histoire méconnue

Par Vincent Cliche
République de l’Indian Stream: un parcours touristique raconte cette histoire méconnue
Le président de la Société d'histoire de Pittsburg, David Covill, la ministre de l'Agriculture et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, Edward Simonton, vicaire général de la paroisse anglicane de Saint-Francis, le préfet de la MRC de Coaticook, Simon Madore, ainsi que François Bouchy-Picon, représentant les Trois villages, invitent les gens en grand nombre à en apprendre davantage sur la République de l'Indian Stream. (Photo : Le Progrès de Coaticook - Vincent Cliche)

EAST HEREFORD. La République de l’Indian Stream est un volet méconnu de l’histoire de la région. Afin de lever le voile sur ce tout petit territoire, 16 sites d’interprétation des côtés canadien et américain ont été créés.

Pour les néophytes, la République de l’Indian Stream est née à la suite de la signature du traité de Paris en 1783. La description entre le Bas-Canada et le New Hampshire, plutôt floue, laisse sans juridiction un territoire de 200 000 acres entre les rivières Connecticut et Hall pendant près de 60 ans.

Le projet, initié par le comité des Trois villages et la Société d’histoire de Pittsburg, compte neuf sites d’interprétation (sept du côté canadien et neuf aux États-Unis). Président de l’organisme américain, David Covill précise que l’initiative a nécessité plus de trois années de recherches. «Historiquement, il y avait les deux côtés de la médaille de l’histoire, soit ceux des Canadiens et des Américains. Avec nos travaux de recherche, nous présentons l’histoire complète», mentionne-t-il.

La ministre de l’Agriculture et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, salue le projet qui met en valeur une histoire encore méconnue de plusieurs. «L’Indian Stream, c’est une soixantaine de familles qui se réunissent pour créer une république indépendante. C’est aussi une histoire de résilience qui mérite d’être racontée et qui pique évidemment la curiosité. Ces gens se sont organisés pour prospérer. Ils ont pris en main leur destin pour protéger leur famille, leur ferme, leurs terres. En créant ce parcours, vous avez hérité de leur esprit d’initiative et de solidarité.»

Le projet a bénéficié d’une aide de 50 000 $ provenant du Programme de développement des communautés du gouvernement fédéral.

Le préfet de la MRC de Coaticook et maire de la Ville de Coaticook, Simon Madore, se réjouit de l’initiative. «En ayant un parcours qui traverse cinq municipalités [Saint-Malo, Saint-Venant-de-Paquette, Saint-Herménégilde, East Hereford et Pittsburg, au New Hampshire], cela offre un prétexte pour visiter et découvrir mutuellement notre voisin en plus d’en apprendre davantage sur cette fascinante histoire que nous avons en commun», souligne le premier magistrat.

Les initiateurs du projet invitent la population à l’inauguration du parcours le 13 juillet prochain. L’activité se déroulera à la station de la halte routière d’East Hereford, située sur la route 253. Les participants seront ensuite invités à se déplacer au Pavillon du pont de l’Indian Stream du côté des États-Unis, à Pittsburg, dans le New Hampshire, plus précisément.

On peut retrouver de plus amples informations sur le parcours à l’intérieur de la nouvelle brochure touristique de la MRC de Coaticook ou encore sur le site internet de l’organisme.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des