Course Unis pour la cause: des centaines de coureurs attendus à Waterville

Par Vincent Cliche
Course Unis pour la cause: des centaines de coureurs attendus à Waterville
Les fées-marraines de la course Unis pour la cause, Annie Letendre, Véronique Blais, Christina Koritar et Isabelle Carbonneau, entourent Aurélie Francoz, Charles-Antoine Rancourt et Marie-France Ledoux. (Photo : gracieuseté - Christine Raymond)

WATERVILLE. Des centaines de coureurs se donneront rendez-vous à Waterville ce dimanche (9 juin), à l’occasion de la course Unis pour la cause. L’événement, qui fête son sixième anniversaire, viendra une fois de plus en aide à trois familles dans le besoin.

Aux prises avec une maladie neurologique rare nommée Charcot-Marie-Tooth, Marie-France Ledoux bénéficiera de la générosité des participants de ce rendez-vous sportif. «Quand on me l’a appris, ç’a été une belle surprise. Disons que j’ai flotté sur un nuage pendant quelques jours», image la Coaticookoise.

Cette «petite victoire», comme elle aime bien l’appeler, pèse gros dans une balance où les défaites sont parfois nombreuses. «Je ne passe pas une journée sans avoir mal, explique-t-elle. Mes muscles et mes nerfs sont mous comme des élastiques. Le simple fait de marcher ou encore de faire la vaisselle, ça me demande beaucoup d’énergie. Si je fais ça, je ne fais plus rien de ma journée. L’endurance n’est plus au rendez-vous, mais je n’ai pas le choix de poursuivre mon combat.»

Pour soulager ses souffrances, on veut lui offrir un neurostimulateur de type TENS et un fauteuil de massage.

Aurélie Francoz est atteinte de spina-bifida depuis sa naissance. La maladie affecte la partie inférieure de ses jambes et le bas de son dos. Mère d’une petite fille de 9 ans, elle a bien hâte de pouvoir se promener en ville avec un vélo-tandem électrique qu’on lui achètera avec les sommes amassées lors de la course. «Quand j’ai fait ma demande pour la course, je n’avais pas de permis, alors j’étais très limitée dans mes déplacements. Le vélo me permettra d’en faire avec ma fille, ce qui me réjouit.»

«Voir des gens d’un peu partout, pour la plupart qu’on ne connaît pas, participer à la course, c’est réellement surprenant. J’ai hâte de tous pouvoir les remercier», poursuit-elle.

Lyse Bertrand, la maman de Charles-Antoine Rancourt, est elle aussi très reconnaissante d’avoir obtenu l’aide des fées-marraines de la course Unis pour la cause. «Ça fait vraiment chaud au cœur, raconte-t-elle. Souvent, les personnes qui s’occupent de leurs proches handicapés sont laissées à elles-mêmes. Là, on ressent toute cette solidarité autour de nous. Ça fait un grand bien.»

Mme Bertrand compte bien participer à l’événement, en espérant que son fils se sente bien. Ils se sont inscrits à l’épreuve du 3 km.

Dans l’esprit de «Donnez au suivant», comme Charles-Antoine recevra un nouveau vélo tandem, sa mère offrira celui qu’il possédait déjà à sa voisine, qui a deux garçons handicapés à la maison.

Rendez-vous devant l’église

Ils seront plusieurs à prendre part aux différents départs des courses prévues dimanche. «On espère franchir encore une fois le cap des 500 coureurs. S’ils sont plus nombreux, on est prêt à les accueillir», note de façon enthousiaste Véronique Blais, membre du comité organisateur de l’événement.

La formule gagnante des années précédentes a été conservée. Des parcours de 11 km, 7 km, 3 km et de 1 km (pour les enfants de moins de 12 ans) sont offerts. La course des pompiers sera aussi de retour.

«Ce qu’il y a de spécial à notre événement, c’est de voir que les participants peuvent marcher ou courir avec les gens à qui ils viennent en aide. Ils voient à qui va l’argent. Ils ont réellement l’impression de faire la différence», souligne Annie Letendre.

Pour ce sixième rendez-vous, l’une des fées-marraines a décidé de passer le flambeau. Janic Mimeault a donc laissé sa place à Christina Koritar. «J’ai intégré une équipe énergique et agréable. Je suis encore un peu en apprentissage, mais je suis prête à relever le défi», mentionne celle qui participe tout de même à la course depuis ses débuts.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'abonner  
Me notifier des